le phare de Tevennec au large des côtes de l'île de Sein, 05.05.2022 ©AFP - LOIC VENANCE
le phare de Tevennec au large des côtes de l'île de Sein, 05.05.2022 ©AFP - LOIC VENANCE
le phare de Tevennec au large des côtes de l'île de Sein, 05.05.2022 ©AFP - LOIC VENANCE
Publicité
Résumé

Nous continuons notre tour de France des régions dans le cadre des élections législatives, et ce matin, nous parlons des particularités de la vie politique bretonne.

En savoir plus

La Bretagne a ses spécificités culturelles, et… politiques. Décryptage des tendances électorales dans la région, à l’orée des législatives.

À l’approche du scrutin, France Culture rassemble des chercheurs inscrits dans leur territoire pour prendre le pouls de la campagne, examiner les positionnements stratégiques et analyser les tendances au regard des problématiques en régions.

Publicité

Nos invités :

  • Christian Bougeard : Professeur d’histoire contemporaine émérite à l’université de Bretagne occidentale à Brest. Auteur de “L'évolution des forces politiques en Bretagne - Comment la région est passée de la droite à la gauche (1946-2004)” paru le 12 mai 2022 aux Presses Universitaires de Rennes (PUR).
  • Christel Marteel : cheffe du service région Bretagne à Ouest France.
  • Romain Pasquier  : Directeur de recherche au CNRS, enseignant à Sciences Po Rennes.
  • Rosalie Lafarge : journaliste à France Culture.

Une région modérée et centriste

Christian Bougeard explique que la Bretagne est une région dans laquelle le centrisme démocrate, chrétien ou laïc, occupe une place considérable. “Sous la Vème République, dans les premières années, on avait un vote très favorable à la majorité de l’époque, c'est-à-dire pour le général de Gaulle, Georges Pompidou ou Valéry Giscard d’Estaing. A la suite des mutations économiques et sociales des années 1960, considérables dans cette région, on voit cette évolution et ce basculement à gauche qui se produit à partir de 1981. On voit ensuite l’enracinement de ce nouveau parti socialiste, qui, de la fin des années 1990 à 2017, est hégémonique.”

Pour Romain Pasquierl'équilibre entre le libéralisme économique et la justice sociale fait partie de l'histoire de la Bretagne. “L’héritage démocrate chrétien c’est un équilibre entre ces valeurs qui a été capté par la deuxième gauche, à partir des années 1970. Une partie du monde chrétien, en particulier les jeunes baby-boomers, s'engage dans les forces de gauche, notamment dans les villes et deviennent majoritaires à partir des années 1980. François Mitterrand est majoritaire au second tour de 1981. C’est un marqueur." Pour lui, cela explique aussi la réussite dans la région de La République en marche, qui s’impose de nouveau comme la force centriste*.*

Une forte majorité pour Emmanuel Macron

Selon Christel Marteel, le parti d’Emmanuel Macron est bien parti pour les législatives dans la région de Bretagne : “En 2022, en Bretagne, au deuxième tour de la présidentielle, il est autour de 66%. C’est au-dessus de la moyenne nationale."

Il faut noter qu'en 2017 pour les législatives, La République en Marche a raflé 24 des 27 circonscriptions bretonnes, rappelle-t-elle. Le mouvement possible peut venir de l’alliance de la gauche, la Nupes.

Rosalie Lafarge confirme, expliquant que la Bretagne est un territoire symbole de la France qui va bien*. “Selon la députée sortante par exemple sur la circonscription où j'ai été, on est dans un territoire qui va bien, qui est assez dynamique, qui a un faible taux de chômage et donc où les électeurs se disent finalement “ça marche plutôt pas mal donc on peut continuer.”*

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Jules Crétois
Collaboration
Pauline Chanu
Production déléguée
Vivien Demeyère
Réalisation
Delphine Lerner
Stagiaire
Caroline Payen
Stagiaire
Élodie Piel
Collaboration