Marche pour le climat à Nantes, le 8 septembre 2018 ©AFP - Sébastien Salom Gomis
Marche pour le climat à Nantes, le 8 septembre 2018 ©AFP - Sébastien Salom Gomis
Marche pour le climat à Nantes, le 8 septembre 2018 ©AFP - Sébastien Salom Gomis
Publicité
Résumé

Qu’est-ce que « le mouvement des coquelicots » ?

avec :

Fabrice Nicolino (Journaliste spécialiste de l'écologie et essayiste).

En savoir plus

Selon plusieurs études scientifiques récentes, les populations d’insectes ont chuté de près de 80 % en Europe en trente ans, alors qu’un tiers des oiseaux des champs ont disparu en 15 ans en France. Face à ces statistiques et après l’aveu d’impuissance de Nicolas Hulot, plusieurs citoyens ont choisi de se mobiliser pour « un monde dans lequel il y aura des coquelicots, des abeilles, des oiseaux, et des humains qui seront moins malades ».

Extrait du manifeste Nous voulons des coquelicots

Publicité

Nous ne reconnaissons plus notre pays ; la nature y est défigurée, y lit-on. Le tiers des oiseaux ont disparu en quinze ans, la moitié des papillons en vingt ans ; les abeilles et les pollinisateurs meurent par milliards. Les grenouilles et les sauterelles sont comme évanouies ; les fleurs sauvages deviennent rares. Ce monde qui s’efface est le nôtre et chaque couleur qui succombe, chaque lumière qui s’éteint est une douleur définitive. Rendez-nous nos coquelicots ! Rendez-nous la beauté du monde !

Le journaliste et essayiste Fabrice Nicolino est co-auteur avec François Veillerette du manifeste Nous voulons des coquelicots publié aux Liens qui Libèrent en même temps qu’un grand appel pour réclamer l’arrêt complet de l’usage des pesticides qu’on retrouvera dans les pages de Charlie Hebdo.

Toutes les politiques de réduction des pesticides ont échoué parce qu’elles se heurtaient au pouvoir des lobbies. Le plan Ecophyto a couté des milliards d’euros pour rien : on annonçait en 2008 une baisse de 50% des pesticides en dix ans. Au lieu de cela, la consommation a augmenté de 12% sur cette période. 

La FNSEA est structurellement liée à l’univers marchand des pesticides : Xavier Beulin, ancien président de la FNSEA était dans le même temps patron du groupe Avril, une holding agro-industrielle au chiffre d’affaires de 7 milliards d’euros. 

Quand on oppose les lobbies industriels et les lobbies de protection de la nature, ça n’a pas de sens. Ça n’est pas la même chose : les uns défendent des intérêts industriels et les autres se battent pour l’intérêt général, et ils n’ont pas du tout les mêmes moyens financiers.

11 min
Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Élodie Piel
Collaboration
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Production déléguée
David Jacubowiez
Réalisation