.
.
. ©Radio France
. ©Radio France
. ©Radio France
Publicité
Résumé

"Et maintenant ?" c'est un questionnaire et un festival tournés vers l’avenir. Après deux années marquées par le covid, la guerre en Ukraine, et les incertitudes politiques, bref, après tout ça, de quel monde voulons-nous ?

En savoir plus

ARTE et France Culture vous donnent la parole pour identifier ensemble les enjeux essentiels d’aujourd’hui.

Fondé par ARTE et France Culture, et maintenant ? Le festival international des idées de demain commence chaque année par un questionnaire.

Publicité

Après deux années de crise de la covid, le retour de la guerre en Europe, et dans un climat de grande tension politique, il s’adresse à toutes celles et ceux qui s’interrogent sur la société d'aujourd'hui et celle de demain. En octobre prochain, les résultats de ce questionnaire viendront alimenter le festival et faire émerger de nouvelles idées pour appréhender le monde de demain.

Les résultats seront analysés par la sociologue Monique Dagnaud, directrice de recherche au CNRS émérite, enseignant à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Toutes les informations recueillies inspireront la programmation du festival et maintenant ? qui aura lieu le 21 et 22 octobre 2022 à Radio France et dans des lieux d’enseignement et de transmission partenaires, ainsi qu’en ligne pour accueillir des invités et des publics internationaux.

ARTE et France Culture vous donnent la parole pour identifier ensemble les enjeux essentiels d’aujourd’hui. Voici le questionnaire pour participer à notre 🔎 grande enquête.

Nos invités :

  • Marie Durrieu, auteure de documentaire, enquêtrice (a travaillé sur le questionnaire avec la sociologue Monique Dagnaud)
  • Elsa Grangier, directrice général de l’ONG Ashoka​​
  • Frédéric Worms, philosophe, professeur de philosophie contemporaine à l'ENS
  • Boris Razon, directeur éditorial Arte
  • Sandrine Treiner, directrice de France Culture

Pourquoi ce questionnaire ?

Marie Durrieu explique que le but de ce questionnaire est d’essayer de pousser les répondants à faire un chemin émotionnel intellectuel un peu original : “C’est pour ça qu’on pose des questions provocantes, très binaires qui poussent à se positionner, ou alors des questions très complexes de géopolitique sur lesquelles on pense à priori ne pas avoir d’avis. Ça oblige le répondant à se positionner et à se poser des questions familiales et politiques qui ne se poseraient pas en temps habituels.

Elle raconte comment elle a conçu le questionnaire : “Ce questionnaire a été élaboré par une équipe franco-allemande supervisée par la sociologue Monique Dagnaud. On a commencé à écrire et à faire les ateliers de ce questionnaire au début de la guerre en Ukraine. Donc forcément cet évènement a imprégné lourdement nos séances et on s’est demandé comment être à l’avant-garde des questionnements sur cette guerre, donc avoir des questionnements à la fois géopolitiques, intimes et économiques.

Agir face aux incertitudes

Selon Frédéric Worms, les étudiants de l'école normale font partie d'une génération qui affirme que la science doit d'abord répondre aux incertitudes. “Ce que disent les étudiants de l'écoles normale, c’est que face à l’incertitude, à la fois au sens des dangers objectifs et des peurs subjectives, il faut la recherche et le savoir.”

Elsa Grangier trouve dans l'entrepreneuriat social une vocation à tenter de réparer les grands dysfonctionnements de la société sur des problèmes fondamentaux tels que l'accès aux soins, à l'éducation, à la nourriture ou autre. Il y a selon elle une volonté de donner du sens à travers cette action. “On a jamais eu autant de bénévoles que depuis la crise du covid. Cette capacité d’agir révèle notre pouvoir de lâcher prise et surtout de faire confiance à l’autre. L’entrepreneuriat social est une façon de le faire.

Selon Sandrine Treiner, la conjonction des incertitudes et des réflexions des chercheurs, des entrepreneurs et des médias les amènent à se retrouver autour de cette table pour essayer, a minima, de mieux comprendre le monde et, a maxima, de passer à l’action.

L’incertitude en Allemagne

Boris Razon explique que ces incertitudes sont perçues différemment en Allemagne : “C’était passionnant de voir les réactions de nos camarades allemands, notamment parce que la guerre en Ukraine les touchent de beaucoup plus près, avec des enjeux énergétiques très forts. Ces enjeux ont conduit à la politique européenne de ces dernières années, et touchent aussi profondément à l’histoire allemande. Le fait qu’une remilitarisation soit envisageable et envisagée, est un bouleversement complet de ce qui a fait la doxa allemande des quatre-vingt dernières années.”

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Caroline Payen
Stagiaire
Pauline Chanu
Production déléguée
Delphine Lerner
Stagiaire
Jules Crétois
Collaboration
Vivien Demeyère
Réalisation
Élodie Piel
Collaboration