Distribution alimentaire à New York
Distribution alimentaire à New York  ©AFP
Distribution alimentaire à New York ©AFP
Distribution alimentaire à New York ©AFP
Publicité

Alors que les États-Unis viennent d’atteindre le demi-million de décès liés au coronavirus, une menace plus grande s’étend sur une certaine frange de l’Amérique : les morts de désespoir.

Avec
  • Angus Deaton économiste
  • Anne Case économiste américaine, professeure émérite à Princeton

L’Américain blanc non-diplômé se meurt. C’est le constat d'une étude menée par deux économistes, Anne Case et Angus Deaton - prix Nobel d’économie 2015 qui révèlent une augmentation des suicides et des morts liées au désespoir chez cette population des États-Unis. En cause : le capitalisme qui aura détruit des emplois, réduit les salaires et déconstruit le tissus social et communautaire. 

Cette épidémie de « morts de désespoir » se traduit également à travers la désormais célèbre crise des opioïdes, liée à un système de santé plus que défaillant. Mais des solutions existent, Anne Case et Angus Deaton en proposent dans “Morts de désespoir. L’avenir du capitalisme” (PUF, 2021).

Publicité
5 min

Un système de santé plus que défaillant

Le système américain est quatre fois plus cher que le système français et nous avons une des espérances de vie les plus faibles des pays riches. Angus Deaton

Pour des gens qui n'ont pas de diplôme universitaire, cette espérance de vie a baissé depuis 5 ans et leurs revenus diminuent parce que l'employeur n’a qu'une somme limitée pour les employés. Il y a un cout extrême pour engager quelqu’un car l’employeur doit payer un salaire mais également des primes importantes pour le système de santé. Anne Case

Le système de santé coute la même chose si vous êtes peu diplômé ou si vous êtes PDG d'une boîte. Donc si vous êtes en bas de l’échelle, le coût total de la santé est plus cher que ce que vous rapportez à l’entreprise, alors vous n'êtes pas embauché ou alors comme travailleur précaire. Angus Deaton

Il y a des règlements, les médecins doivent être contrôlés mais les prix ne sont pas régulés. Même lorsque le gouvernement achète des médicaments il n’y a pas de contrôle du prix. Angus Deaton

Une fois que le secteur de la santé est devenu très puissant, il a pu utiliser des lobbys pour faire pression. Ce secteur déploie cinq lobbyistes par membre du Congrès pour les influencer. Ils payent des sommes importantes pour s'assurer que les politiciens soient amicaux avec le système de santé. Anne Case

Une épidémie de morts de désespoir

Pour une raison qui n’est pas comprise - les Afro-américains sont moins privilégiés que les Blancs - ils ne se suicident pas. Le taux de mortalité baissait chez les Afro-américains et les Hispaniques mais remontait chez les Blanc. Ce groupe n’était pas étudié car tout le monde pensait qu’ils allaient bien et donc cette découverte a été un choc. Anne case

La pauvreté en elle-même ne permettait pas de prédire les morts. On pensait que ça se produirait dans la communauté Afro-américaine mais on a regardé sur le long terme. Le marché du travail s’est retourné contre les gens peu payés en raison de la mondialisation, de l’automatisation et du système de santé qui faisait que les gens qui perdaient leur travail, perdaient aussi leur couverture sociale. Ce qui a fait que les gens ont cessé de se marier. La part des Américains sans diplôme et mariés diminue depuis les années 1980. Il y a une instabilité dans leur vie au travail, dans leur vie personnelle et communautaire. Cette perte de lien est aussi importante que la perte de revenus. Anne case

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Jules Crétois
Collaboration
Élodie Piel
Collaboration
Léa Capuano
Collaboration
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Production déléguée
Vivien Demeyère
Réalisation