Rassemblement devant la Cour suprême des États-Unis, le 25 juin 2022 ©AFP - ROBERTO SCHMIDT
Rassemblement devant la Cour suprême des États-Unis, le 25 juin 2022 ©AFP - ROBERTO SCHMIDT
Rassemblement devant la Cour suprême des États-Unis, le 25 juin 2022 ©AFP - ROBERTO SCHMIDT
Publicité
Résumé

Aux États-Unis, l’avortement n’est plus un droit fédéral. La preuve que les droits ne sont pas des acquis immuables et qu’un camp conservateur a comme agenda de les défaire.

En savoir plus

Notre invitée est Manon Garcia, professeur de philosophie à Yale.

Un retour en arrière

Selon Manon Garcia, dire politiquement que l'on va retirer un droit aux femmes au niveau fédéral, c'est une volonté active de dire que les femmes doivent avant tout être des mères, qu'elles sont des réceptacles, qu'elles ne sont pas propriétaires de leur corps.

Publicité

Manon Garcia pense qu'il est important de dire qu'il ne s'agit pas seulement d'un retour en arrière. “C’est dire que c'est énormément de femmes qui vont mourir, que ce seront des femmes majoritairement pauvres, majoritairement racisées et tant pis pour elles.

Une mauvaise interprétation du 14ème amendement

Manon Garcia explique qu'à l'époque où le 14e amendement a été adopté, les législateurs n'avaient pas l'avortement en tête. “C’est très compliqué parce qu’en 1787, au moment de la rédaction de la constitution américaine, les pères fondateurs n’avaient pas les femmes en tête. "We the people", ça ne concernait ni les femmes ni les noirs. Ça ne concernait que les hommes blancs.

Selon Manon Garcia, dire qu'il s'agit d'une mauvaise lecture du 14ème amendement n'est pas un argument technique mais un argument politique et idéologique. “On voit bien que quand ils sont contres idéologiquement, les décisions prises politiquement par les États, ils disent que c’est anticonstitutionnel. Mais quand les décisions prises par les États vont dans leur sens, ils disent que ce n'est pas à eux de décider.

La situation en France

Selon Manon Garcia , il ne faut pas sous-estimer la réalité d'un groupe présent en France qui est contre l'avortement. “ Sur CNews il y a des journalistes qui sont contre l’avortement. Eugénie Bastié, s’est prononcée, elle pense que l’avortement est un homicide, donc il ne faut pas oublier qu’il y a quand même un force catholique existante en France.

43 min
Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Caroline Payen
Stagiaire
Pauline Chanu
Production déléguée
Delphine Lerner
Stagiaire
Jules Crétois
Collaboration
Vivien Demeyère
Réalisation
Élodie Piel
Collaboration