Gilet jaune ©AFP - NICOLAS TUCAT / AFP
Gilet jaune ©AFP - NICOLAS TUCAT / AFP
Gilet jaune ©AFP - NICOLAS TUCAT / AFP
Publicité
Résumé

Le chef de l'État voit se multiplier les foyers de contestation. Les "gilets jaunes" poursuivent leurs actions, les infirmiers se mobilisent mardi et les maires se réunissent en congrès sur fond de tensions avec le gouvernement.

avec :

Éric Heyer (Économiste), Céline Pigalle (Directrice de la rédaction de BFM TV).

En savoir plus

Malgré des chiffres de participation importants pour une manifestation dénuée d’organisateurs officiels, la résonance médiatique et politique accordée au mouvement des "gilets jaunes" interroge. Pourquoi et comment ce mouvement, d’ampleur encore relativement modeste comparée aux mobilisations régulièrement observées lors des différents conflits sociaux, semble-t-il parvenir à s’imposer comme un phénomène politique important ?

Pour en discuter, Guillaume Erner reçoit : 

Publicité

Eric Heyer, économiste, directeur du département analyse et prévision à l'OFCE, enseignant à Sciences-Po. 

et Céline Pigalle, directrice de la rédaction de BFMTV. 

Céline Pigalle : 

Lorsque nous tentons de jouer un rôle d’intermédiaire, de donner la parole à tous, de faire entendre des choses dissonantes, c’est insupportable pour la plupart des "gilets jaunes". Ce que nous avons vécu ces derniers jours est exceptionnel, inédit : nos journalistes se font insulter, un journaliste s’est fait caillasser, un autre s’est pris un œuf sur la tête, un autre encore s’est fait cracher dessus. 

Les "gilets jaunes" nous disent « nous ne voulons plus de vous, les médias ». Ils nous considèrent comme des corps intermédiaires, et nous sommes contestés en tant que tels.          
Il y a même eu des appels à interrompre la diffusion de BFM. 

C’est une caractéristique de la chaîne BFM avec notre principe de faire des directs d’être accusé de donner trop d’importance à ce type de mouvement : que ce soit les les zadistes, les cheminots, Nuit Debout ou les "gilets jaunes". 

N’ayant pas d’interlocuteur, on peine à trouver les informations sur ce mouvement, on en vient à aller sur les réseaux sociaux pour glaner des informations.          
 

Eric Heyer : 

Il est difficile de savoir comment arrêter ce genre de conflits. Le gouvernement pourrait céder mais comme il n’y a pas un mot d’ordre, qu'il n'y a pas de vraie revendication, on ne sait même pas ce sur quoi il pourrait céder. 

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Élodie Piel
Collaboration
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Production déléguée
David Jacubowiez
Réalisation