Inflation, emploi, cryptomonnaies : les nouveaux défis de l’économie avec Patrick Artus et Nicolas Cheron

Rue commerçante à Nantes
Rue commerçante à Nantes ©AFP
Rue commerçante à Nantes ©AFP
Rue commerçante à Nantes ©AFP
Publicité

Alors qu'aux États-Unis la reprise de l’économie s’accompagne d’une inflation record, on s’interroge ce matin sur la stabilité financière de l’économie mondiale.

Avec la levée du confinement et la réouverture des magasins, la consommation repart à la hausse, après des mois de confinements. Outre-Atlantique, la relance de l’économie est marquée par une augmentation des prix : en un an, ils ont augmenté de 4,2%. Le marché, déséquilibré, est impacté par des pénuries et la hausse du coût des matières premières. L’Europe redoute une contagion qui menacerait la stabilité financière.

Avec la reprise, faut-il craindre une forte inflation ? Après la pandémie, le système économique aura-t-il changé ? Quel rôle peut jouer la monnaie dans la régulation ?

Publicité

Pour en parler, nous recevons Patrick Artus, chef économiste de Natixis**.** Il publie, avec Marie-Paule Virard, La dernière chance du capitalisme (Odile Jacob). Il est rejoint par Nicolas Chéron, stratégiste marchés pour Zonebourse.com, spécialiste de cryptomonnaies.

Une reprise de la consommation marquée par une augmentation des prix

Pour Patrick Artus, l'inflation des prix n'est pas un problème structurel de l'économie.

L'inflation est due à une énorme déformation de la demande au détriment des services et en faveur des biens. Des raretés se sont créées : les matières premières, le transport maritime, les métaux... Cela va se corriger : la consommation de services, impossibles, s'est redirigée vers les biens, mais ce n'est pas durable. Patrick Artus

Comment se porte le marché de l'emploi ?

Des entreprises américaines, confrontées à la difficulté de recruter, ont augmenté les salaires. Patrick Artus précise néanmoins que le salaire moyen, au niveau macro-économique a à peine augmenté. 

La hausse globale du salaire minimum aux États-Unis concernerait 30 millions d'Américains et créerait de l'inflation, une augmentation des taux d'intérêts, ce qui l'empêcherait de faire sa politique de relance par un fort endettement public. Patrick Artus

Le problème est très concentré : un petit nombre est en grande difficulté alors qu'une grande partie a gagné du salaire pendant cette période. Patrick Artus

Les cryptomonnaies, une nouvelle classe d'actifs installée durablement ?

Certains investisseurs ont perdu confiance dans l'économie traditionnelle et ont décidé de diriger leur argent vers d'autres classes d'actifs, non gérés par les États, dans une optique de divertissement. On va du geek à l'ultra-spéculateur. Il y a des vagues d'adoption massives où toute une nouvelle partie de la population s'intéresse aux cryptomonnaies. Nicolas Chéron

Il y a un mélange entre la défiance de gestion de la banque centrale européenne et le mouvement libertarien. Selon moi, les cryptomonnaies privées vont disparaitre. Les mouvements de demande se répercutent dans les prix, et les investisseurs ne vont pas vouloir investir sur une monnaie dont le prix peut doubler du jour au lendemain. Par ailleurs les États vont sortir leur cryptomonnaie. Nicolas Chéron

L'équipe