Jean-Jacques Hublin, debout pour Sapiens

Crâne humain d'un australopithèque
Crâne humain d'un australopithèque ©Getty - Jose A. Bernat Bacete
Crâne humain d'un australopithèque ©Getty - Jose A. Bernat Bacete
Crâne humain d'un australopithèque ©Getty - Jose A. Bernat Bacete
Publicité

Du Maroc à la Bulgarie, le paléoanthropologue Jean-Jacques Hublin enquête sur l’apparition et l’éparpillement de l’homme moderne.

Avec
  • Jean-Jacques Hublin Paléoanthropologue, professeur au Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology de Leipzig, titulaire de la chaire Paléoanthropologie au Collège de France.

Ces dernières années, l’histoire de Sapiens s’est faite plus précise. Les théories admises sur l'apparition de Sapiens sont débattues, nombre d’idées reçues battues en brèche et petit à petit, l’idée rassurante d’un Eden premier où serait subitement apparu l’homme moderne se trouve contrariée.

Jean-Jacques Hublin, paléoanthropologue, directeur du département Évolution de l'homme de l'Institut Max-Planck d'anthropologie évolutionniste s'intéresse de près à l’apparition de Sapiens, mais aussi à la disparition de Néandertal et à d’autres groupe, comme le Dénisovien. Connu pour des découvertes majeures, notamment le plus ancien représentant connu de notre espèce au Maroc, il étudie une période durant laquelle l’homme moderne cohabitait avec d’autres Homo. Et tâche de répondre à une question : pourquoi et comment Sapiens s’est-il imposé ?

Publicité

Était-il vraiment plus développé ? Ou simplement plus social ? D’ailleurs, comment doit-on le définir ? Un aspect physique, des capacités intellectuelles, la maîtrise de certaines technologies ou encore un régime alimentaire ? C’est à ces questions qu’il répond dans sa leçon inaugurale comme professeur titulaire au Collège de France “Homo sapiens, une espèce invasive”, le jeudi 13 janvier.

L'équipe