Yannick Jadot le soir de sa victoire ©AFP - STEPHANE DE SAKUTIN
Yannick Jadot le soir de sa victoire ©AFP - STEPHANE DE SAKUTIN
Yannick Jadot le soir de sa victoire ©AFP - STEPHANE DE SAKUTIN
Publicité
Résumé

Avec 13,47% et plus de trois millions de voix, le score d’Europe Ecologie - Les Verts constitue la surprise de ces élections européennes. La liste écologiste représente avec ses 12 élus la troisième force politique française au Parlement européen.

avec :

Dominique Bourg (Philosophe), Yannick Jadot (Homme politique, député européen).

En savoir plus

Les Verts ont notamment dépassé le Rassemblement national chez les jeunes, devenant le premier parti des 18-34 ans en France. Peut-on déjà parler de vague verte sur l’Union européenne ? Alors que presque tous les partis ont proposé des mesures écologistes dans leur programme, la protection de la planète va-t-elle devenir la nouvelle pièce maîtresse du jeu politique ? Pour répondre à cette question, nous recevons un des vainqueurs des élections européennes, Yannick Jadot, député européen écologiste, ancienne tête de liste des écologistes aux élections européennes. 

En deuxième partie d'émission, notre invité sera Dominique Bourg, philosophe, professeur à la Faculté des géosciences et de l'environnement de l’Université de Lausanne, ancien tête de liste pour “Urgence écologie” aux élections européennes. 

Publicité

Yannick Jadot

En France, notre objectif c’est de rassembler autour des valeurs de l’écologie. 

On a la responsabilité aujourd’hui de conquérir des municipalités dans les prochaines élections, de proposer des projets alternatifs au Rassemblement national, et au vieux monde rassemblé notamment autour d’Emmanuel Macron. 

Une grande partie de la gauche a joué du productivisme ces dernières années. Nous les écolos, on refuse le repli identitaire, on refuse aussi le productivisme, on veut incarner l’espoir. Aujourd’hui une grande partie des français veulent voter « pour ». 

Les jeunes dans la rues disent « sauvez notre avenir », ils ne disent pas « sauvez tel ou tel appareil politique ». 

Les élections ont eu lieu dimanche, et on entre dans des négociations, mais des négociations de contenu. Nous allons dans les prochains jours, dans les prochaines semaines, tenter d’imposer un agenda écologiste pour les institutions européennes. Quand on discute avec les autres force politiques, on leur demande « êtes-vous prêts à faire de l’Europe le leader mondial du climat ? ». 

Il y a une forme de productivisme autour du bio et c’est un danger pour le modèle agricole que nous portons. Nous voulons aller vers une agriculture paysanne et bio, pas du bio hors sol qui élimine les pesticides mais ne met pas fin à l’agriculture industrielle. 

Dominique Bourg

Ce qui est au fond de l’écologie, c’est une question de civilisation, la façon dont on regarde nature. Ça ne veut pas dire une soumission niaise à la nature. Construire une harmonie avec le vivant ça ne veut pas dire être esclave du vivant. 

Il faut élargir l’attention à l’urgence climatique, crée un maillage, un réseau.