À l'heure des faits alternatifs, la frontière entre fiction et réalité n'a jamais été aussi mouvante
À l'heure des faits alternatifs, la frontière entre fiction et réalité n'a jamais été aussi mouvante
À l'heure des faits alternatifs, la frontière entre fiction et réalité n'a jamais été aussi mouvante ©Getty - Nisian Hughes
À l'heure des faits alternatifs, la frontière entre fiction et réalité n'a jamais été aussi mouvante ©Getty - Nisian Hughes
À l'heure des faits alternatifs, la frontière entre fiction et réalité n'a jamais été aussi mouvante ©Getty - Nisian Hughes
Publicité
Résumé

La frontière entre le vrai et le faux dans l’Amérique du divertissement, est le sujet du nouveau roman de Fabrice Humbert. Dans « Le monde n’existe pas » (Gallimard) l’auteur questionne la fabrique de l’opinion, la narration médiatique, l’identité et les souffrances de l’adolescence.

avec :

Fabrice Humbert (écrivain et auteur de L'Origine de la violence.), Romain Huret (Historien des Etats-Unis, directeur d'études à l'EHESS).

En savoir plus

Les démocrates américains ont commencé la semaine dernière à voter pour élire le candidat qui affrontera Donald Trump à l’élection présidentielle de novembre 2020. De son côté, le président sorti vainqueur de son procès en destitution, est en hausse dans les sondages et mène campagne avec ses armes habituelles. Le 4 février, lors du discours annuel sur l’état de l’Union, Donald Trump a de nouveau joué avec la vérité en exagérant les chiffres de la croissance et du nombre d’emplois créés sous son mandat. La frontière entre le vrai et le faux dans l’Amérique du divertissement, c’est le sujet du nouveau roman de Fabrice Humbert. Dans « Le monde n’existe pas » paru aux éditions Gallimard, l’auteur questionne la fabrique de l’opinion, la narration médiatique, l’identité et les souffrances de l’adolescence sous fond de fait divers. 

En savoir plus : Le grand roman américain, dernière frontière des États-Unis ?

L’écrivain Fabrice Humbert est notre invité. Il est rejoint en deuxième partie d’émission par Romain Huret, historien, directeur d'études à l'EHESS, spécialiste des inégalités et de la pauvreté aux États-Unis.

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Fabrice Humbert : 

« Le journaliste est du côté de la vérité alors que le romancier est du côté de l’invention des mondes possibles. Le romancier créé des réalités mais ce que j’ai fait à intérieur du roman, c’est l’exercice du doute. Je me suis souvent occupé à déchiffrer la réalité. »

« Ce qui m’avait frappé dans la « renaissance » de Bush, c’est que ça correspondait au scénario hollywoodien. »

« Je ne sais absolument plus rien. Je ne me prononce plus dans aucun des débats de la vie sociale ou politique, car j’ai l’impression d’être devenu un sceptique absolu, je me suis rapproché de Montaigne. Quand on est responsable politique, on n’a affaire qu’à des contradictions et je me demande comment on fait pour s’en sortir. »

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Romain Huret : 

« Aux Etats-Unis, il y a un mélange entre vie privée et vie politique. Pour les américains, il est important de connaitre la vie privée des politiques pour savoir comment ils vont mener la vie publique et faire face à la gestion de crises. »