Thomas Piketty en septembre 2019.
Thomas Piketty en septembre 2019. ©AFP - JOEL SAGET
Thomas Piketty en septembre 2019. ©AFP - JOEL SAGET
Thomas Piketty en septembre 2019. ©AFP - JOEL SAGET
Publicité

Après le succès de son ouvrage "Le Capital au XXIe siècle" en 2013, Thomas Piketty revient avec "Capital et idéologie". Son travail questionne une nouvelle fois, et à une échelle plus large, la question des inégalités.

Avec

Après avoir connu un net recul au milieu du XXème siècle, les inégalités seraient en augmentation dans la plupart des pays depuis 40 ans. Comment remettre en perspective historique la variation des inégalités ? Comment évoluent les discours portés sur ces inégalités au cours du temps ? Au nom de quoi faut-il ou non les combattre ?

Notre invité est Thomas Piketty, économiste, directeur d’études à l’EHESS et professeur à l’École d’économie de Paris. Il publie « Capital et idéologie » aux éditions Seuil.

Publicité

Toutes les sociétés ont besoin de raconter des récits sur où commence l’inégalité. Thomas Piketty.

La Russie et la Chine face à l’impôt :

"La Russie de Poutine aujourd’hui, c’est que vous avez un impôt sur le revenu de 13% que vous soyez riche ou pauvre. La Chine aussi. Parce qu’ils ont été traumatisés par les échecs du communisme, du maoïsme, ces deux pays ont privatisé leur économie et supprimé l’impôt sur les successions. Quand on arrive à transmettre un capital privé sans impôt sur les successions, l’idéologie communiste est quand même très très loin". Thomas Piketty.

Impôt, successions et patrimoine :

"En France, l’impôt sur les successions, qui est autour de 45%, est plutôt dans la norme". Thomas Piketty.

"Le revenu comme le patrimoine sont des indicateurs de la capacité de chacun à contribuer aux charges publiques. Il ne faut pas opposer l’impôt sur le revenu et l’impôt sur le patrimoine. Le principal impôt sur le patrimoine en France, c’est la taxe foncière, qui apporte plus de 40 milliards d’euros". Thomas Piketty.

"Dans l’absolu, un impôt sur le patrimoine n’est pas injuste…. Mais la taxe foncière, en France, est un impôt très injuste. Thomas Piketty.

L’histoire des inégalités : 

_"Dans les années 80-90 ; l’effondrement du bloc communiste a conduit à une espèce d’abandon de toute volonté de redistribution._Thomas Piketty".

"Les crises et les révolutions ont joué un rôle très important dans l’histoire des inégalités… la conflictualité en tant quel telle, la crise sociale en tant que telle, ne produit pas forcément de débouché politique". Thomas Piketty.

"Le mouvement de réduction des inégalités au 20ème siècle a été un grand succès, il a produit plus de mobilité sociale notamment, mais c’est bien pour ça qu’il ne faut pas revenir en arrière. On continue d’avoir une structure de la propriété économique qui est extrêmement concentrée… Ce n’est pas adapté à l’ambition de justice qui caractérise nos sociétés". Thomas Piketty.

La crise climatique, un levier du changement vers la réduction des inégalités ? 

"Quand on parle de changer de système économique pour résoudre la crise climatique, ça exige d’entrer dans ces thématiques économiques de justice fiscale". Thomas Piketty.

Si on veut aller vers la sobriété énergétique, il faut aller vers la sobriété économique. 

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Élodie Piel
Collaboration
Léa Capuano
Collaboration
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Production déléguée
Louison Carroué
Collaboration
Maïwenn Guiziou
Collaboration
David Jacubowiez
Réalisation