.
.
. ©AFP - Valentine CHAPUIS
. ©AFP - Valentine CHAPUIS
. ©AFP - Valentine CHAPUIS
Publicité
Résumé

Depuis 2017 dans la région Occitanie, 35 des 49 députés élus représentent le parti LREM. Qu’en sera-t-il les 12 et 19 juin prochains ? L’avènement de la Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale (NUPES) représentera-t-il le tournant de ce scrutin ?

En savoir plus

Si l’Occitanie est une terre de gauche, il faut mettre le terme au pluriel. L’Occitanie, terre des gauches. Dans cette région, l’union de la gauche arrive en tête des intentions de vote au premier tour des législatives, mais le prix à payer est élevé pour le Parti socialiste qui n’obtient que 6 circonscriptions sur 49 dans son ancien bastion. Les voix dissidentes se font entendre et s’organisent autour de la présidente de la région Carole Delga.

Nos invités

Publicité
  • Eric Darras, directeur de Sciences Po Toulouse, rrofesseur agrégé des Universités en science politique, ancien Directeur du LaSSP
  • Jean-Michel Ducomte, ​​maître de conférences à l’Institut d’Etudes Politiques de Toulouse, avocat spécialiste en droit public
  • Stéphane Thépot, correspondant à Toulouse pour Libération et Le Point
  • Claire Flochel, journaliste à France Culture

7h14 – sources : The Last Week Tonight with John Oliver (HBO) et Eurovision 2022 (Subwoolfer – « Give That Woolf a Banana » https://www.youtube.com/watch?v=FJjo8s3fKUM)

L’enjeu financier des législatives

Les législatives sont les principales pourvoyeuses de fonds pour les partis. "Au moment des législatives, la carte d’électeur devient une carte bancaire", explique Eric Darras. "Chaque électeur va attribuer avec sa voix 1,64 euros par an au parti en question. Si l’électeur a contribué à l’élection du député en question, 37 400 euros sont versés au parti politique de chaque élu". Au total, 66 millions d’euros sont distribués par l’aide publique aux partis politiques.

Des disparités politique entre les zones géographiques de la région

"L'histoire politique de l'Occitanie est marquée par une tradition radicale ou sociale-démocrate dans un certain nombre de départements parmi les treize qui la composent". Jean Jaurès et Léon Blum sont originaires d’Occitanie. "Ses composantes géographiques ne sont pas homogènes, avec quelques métropoles importantes comme Toulouse et Montpellier ou encore Perpignan ou Nîmes mais, pour le reste, la région est largement rurale". Pour Jean-Michel Ducomte, une vraie discordance politique s’établit entre l’espace rural et les grandes agglomérations.

Carole Delga et la dissidence

Carole Delga, la présidente socialiste de la région, se positionne pour la défense du Parti socialiste en Occitanie explique Stéphane Thépot. "Elle représente la minorité qui au sein du Parti socialiste refuse l’accord signé avec Jean-Luc Mélenchon et les autres composantes de la NUPES".

Claire Flochel s’est rendue dans la huitième circonscription de la Haute-Garonne, un territoire très vaste et contrasté. "La ruralité, l’inégalité territoriale et l’accès au service public sont au coeur de la campagne". Cette circonscription est un fief socialiste depuis 1986. "Joël Aviragnet est investi par la NUPES avec la particularité d’avoir comme directrice de campagne Carole Delga, qu’on peut pourtant considérer comme dissidente".