Elisabeth Borne, aux côtés de la ministre de la Transition écologique, Amélie de Montchalin et du ministre de l'Agriculture Marc Fesneau. ©AFP - THOMAS COEX
Elisabeth Borne, aux côtés de la ministre de la Transition écologique, Amélie de Montchalin et du ministre de l'Agriculture Marc Fesneau. ©AFP - THOMAS COEX
Elisabeth Borne, aux côtés de la ministre de la Transition écologique, Amélie de Montchalin et du ministre de l'Agriculture Marc Fesneau. ©AFP - THOMAS COEX
Publicité
Résumé

17 ministres ont été nommés il y a 10 jours, et déjà les inquiétudes montent : mauvais sondages, législatives périlleuses et premiers scandales.

En savoir plus

Le 20 mai dernier, 17 ministres, ministres délégués et secrétaire sd’État ont été nommés par le Président Emmanuel Macron et sa Première ministre Elisabeth Borne.

Mais celui qui, liste en main, les a formellement nommés, c’est Alexis Kohler, le très secret Secrétaire général de l’Elysée.

Publicité

Une fonction peu médiatisée, aux contours flous et qui a été occupée en son temps par l'invité des matin, Jean-Pierre Jouyet.

Il est rejoint en deuxième partie d'émission par Simon Persico, pour analyser la première semaine gouvernement d'Elisabeth Borne.

Nos invités :

  • Jean-Pierre Jouyet : haut-fonctionnaire, ancien ministre des Affaires européennes sous Nicolas Sarkozy, ancien secrétaire général de la présidence de la République sous François Hollande, ancien ambassadeur de France au Royaume-Uni Auteur de “Notre vieux royaume” (Albin Michel, janvier 2022).
  • Simon Persico : Professeur de science politique, chercheur au laboratoire Pacte de l'IEP de Grenoble.

Le Secrétaire générale de la présidence de la République

Le travail de secrétaire générale de la Présidence de la République a plusieurs dimensions explique Jean-Pierre Jouyet. "Il prépare tout d’abord les dossiers pour le président de la République. Il doit savoir quelles sont ses orientations et le conseiller au mieux. Il regarde tout ce qui doit être amélioré pour établir au mieux la coordination entre les différents ministères et faire en sorte que les décisions et orientations prises soient concrétisées le plus rapidement possible. Il veille également à la communication du Président". Alexis Kohler est un secrétaire général hors norme estime le haut-fonctionnaire. "C’est sans doute celui qui a eu le plus de pouvoir sous la Vème République de la part du président de la République".

La logique de personnalisation de la Vème République

La logique de personnalisation caractérise parfaitement la Vème République selon Simon Persico. Cette personnalisation et la captation du pouvoir par certains premiers ministres ou d’autres chefs de l’exécutif n’est pas seulement à l’oeuvre en France. "En revanche, elle est d’autant plus grave en France que le socle électoral sur lequel s’appuie le président de la République avec le mode de scrutin à deux tours est restreint et ne permet pas des formes de coalition permettant d’élargir le périmètre électoral et démocratique sur lequel s’appuie la légitimité du chef de l’exécutif".

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Jules Crétois
Collaboration
Pauline Chanu
Production déléguée
Vivien Demeyère
Réalisation
Delphine Lerner
Stagiaire
Caroline Payen
Stagiaire
Élodie Piel
Collaboration