Photo d'un mur végétal à Paris. ©AFP - MIGUEL MEDINA
Photo d'un mur végétal à Paris. ©AFP - MIGUEL MEDINA
Photo d'un mur végétal à Paris. ©AFP - MIGUEL MEDINA
Publicité
Résumé

Écologie : un consensus dépassant les clivages politiques ? Éléments de réponse avec Cyril Dion

avec :

Cyril Dion (auteur, réalisateur et militant écologiste).

En savoir plus

À quelques jours des élections municipales, la prédominance des enjeux écologiques dans l’ensemble des programmes des candidats met le sujet au centre de l’élection. Pourtant, aux dernières élections municipales de 2014, le vote écologiste ne représentait que 1,16% des suffrages exprimés au premier tour. Alors : entre promesses de politiques vertes et volonté des associations écologiques de jouer un rôle prépondérant dans le sort des élections ; le consensus autour de l’urgence écologique est-il réel ? L’échelon local est-il déterminant dans la mise en place d’une politique écologique globale ? Pour y répondre, nous recevons Cyril Dion réalisateur, militant écologiste, garant de la Convention citoyenne pour le climat, auteur des documentaires “Demain” et "Après-demain". 

Ecologie, logement : au centre des programmes municipaux ? 

On a deux problèmes majeurs le réchauffement climatique et la disparition de la biodiversité.  Si on regarde que le réchauffement climatique, on a trois grands postes d'émission que sont les transports, l'agriculture et le chauffage. Nos politiques ont besoin d'agir sur ces trois grands pôles. Cyril Dion 

Publicité

"Je pense qu'on a besoin de se poser plusieurs questions quand il s'agit du logement. Est-ce qu'on doit continuer à densifier à ce point là? Il y a des villes, notamment Paris, qui est une ville d'une densité considérable. Si on compare Paris, à Londres et à Berlin, je crois qu'on est à 21.000 habitants par kilomètre carré à Paris contre 8000 à Berlin et 12.000 à Londres. C'est une densité énorme."  Cyril Dion

La politique écologique française, un bon exemple à suivre ? 

La France n'est pas vraiment pilote. J'entends souvent nos responsables politiques se féliciter du fait que la France émet beaucoup moins que les États-Unis ou que la Chine. Simplement, on émet beaucoup moins parce qu'on est beaucoup moins nombreux. Si on ramène les émissions aux émissions par habitant, qui sont en gros la meilleure façon de compter pour savoir quel est notre notre impact sur la planète ; un Français émet en moyenne douze tonnes de carbone par personne et par an. Si on voulait respecter les accords de Paris, il faudrait en émettre deux . Donc, on en émet six fois trop. Si on était 1.400.000.000 de Français, comme il y a 1.400.000.000 de Chinois, ça serait encore pire que les émissions chinoises.__Cyril Dion

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Élodie Piel
Collaboration
Léa Capuano
Collaboration
Pauline Chanu
Production déléguée
Louison Carroué
Collaboration
Maïwenn Guiziou
Collaboration
David Jacubowiez
Réalisation