Offensive turque en Syrie : le jeu dangereux d’Erdogan

Des combattants pro-turcs participant à une offensive contre les forces kurdes dans le nord de la Syrie (11 octobre 2019)
Des combattants pro-turcs participant à une offensive contre les forces kurdes dans le nord de la Syrie (11 octobre 2019) ©AFP - Nazeer Al-khatib
Des combattants pro-turcs participant à une offensive contre les forces kurdes dans le nord de la Syrie (11 octobre 2019) ©AFP - Nazeer Al-khatib
Des combattants pro-turcs participant à une offensive contre les forces kurdes dans le nord de la Syrie (11 octobre 2019) ©AFP - Nazeer Al-khatib
Publicité

Depuis mercredi, la frontière entre la Turquie et la Syrie s’embrase après l’intervention militaire décidée par le président turc Recep Tayyip Erdogan dans des zones contrôlées par les forces kurdes. Quels sont les enjeux de ce conflit ?

Avec
  • Frédéric Encel Docteur HDR en géopolitique, professeur à l'ESG Management School et maître de conférences à Sciences-Po Paris
  • Frédéric Tissot Médecin, ancien consul général de France à Erbil au Kurdistan d'Irak, chargé d'enseignement à la Paris School of International Affairs de Sciences Po Paris.

Mercredi dernier, la Turquie lançait une attaque militaire contre des positions kurdes au nord de la Syrie. En fin de semaine, l’ONU comptait plus de 100 000 déplacés. Cette opération militaire rebat les cartes dans la région et pose de nombreuses questions : 

Quels sont les objectifs poursuivis par le président turc Erdogan ? Que vont devenir les combattants de Daesh auparavant détenus par les Kurdes ? Avec le désengagement américain, le président turc aura-t-il les coudées franches contre ses ennemis kurdes ? Une nouvelle crise humanitaire et migratoire est-elle sur le point d’éclater ? 

Publicité

Pour en parler, nous accueillons Frédéric Tissot, médecin et ancien consul général de France à Erbil, au Kurdistan d'Irak, et Frédéric Encel, docteur en géopolitique, maitre de conférences à Sciences Po et auteur de “Mon dictionnaire géopolitique” aux éditions PUF.  

Erdogan est-il en position de toute puissance ?

"Nous serions en tort moralement et géopolitiquement de croire monsieur Erdogan et de nous soumettre à sa volonté, ambiguë et irréalisable." Frédéric Encel

"Monsieur Erdogan est fort de notre faiblesse : soit l’Europe est unie, soit elle ne l’est pas." Frédéric Encel

"À partir du moment où la Turquie ne respecte plus rien depuis un certain nombre d'années du fond et de la forme, des valeurs, des principes fondamentaux de l'Otan et du Conseil de l'Europe, si nous sommes unis nous pouvons dire à M. Erdogan "Ce n'est plus tolérable". " Frédéric Encel

"Erdogan se trompe sur les forces en présence et j'espère que l'Europe se montrera unie." Frédéric Tissot

L'abandon des Kurdes par les Américains et ses conséquences

"Il y a une incompétence totale sur le plan tactique et stratégique côté américain. [...] Abandonner ses seuls alliés sur le terrain et permettre à la Turquie de fait à peu près ce qu’elle veut dans la région, c’est une véritable erreur." Frédéric Encel

"Il y a toujours un coût exorbitant à lâcher ses alliés : vis-à-vis de vos adversaires ou vos ennemis, vous perdez en crédibilité." Frédéric Encel

"Si demain l’État Islamique devait reprendre du poil de la bête, ce serait à cause de la politique de monsieur Trump dans la région." Frédéric Encel

"Aujourd’hui l’espoir pour les Kurdes vient des Russes." Frédéric Encel

L'équipe