Le Grand Débat des Idées entre Emmanuel Macron et 64 intellectuels (mars 2019) ©AFP - Michel EULER / POOL
Le Grand Débat des Idées entre Emmanuel Macron et 64 intellectuels (mars 2019) ©AFP - Michel EULER / POOL
Le Grand Débat des Idées entre Emmanuel Macron et 64 intellectuels (mars 2019) ©AFP - Michel EULER / POOL
Publicité
Résumé

A l’heure de la rentrée politique, nous accueillons un intellectuel qui a fait l’expérience de l’articulation entre science et exercice de l’action publique, l'histoire Christophe Prochasson.

avec :

Christophe Prochasson (Historien et président de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)).

En savoir plus

Dans le livre “Voyage d’un historien à l’intérieur de l’Etat”, paru hier aux éditions Fayard, Christophe Prochasson, historien spécialiste du socialisme, président de l’Ecole des hautes études en sciences sociales, questionne la figure héroïque de l’intellectuel engagé et critique du pouvoir. Il appelle à renouer les liens entre intellectuels et gouvernants. Pourquoi le dialogue entre intellectuels et gouvernants s’est-il rompu ? Et comment le monde savant peut-il retrouver sa place dans le temps et l’exercice de l’action publique ?

Depuis l’après-guerre, on observe une professionnalisation réciproque de la classe politique d’un côté et du monde intellectuel de l’autre, et progressivement une mise à distance des uns et des autres qui a des effets sur le discours politique et sur les références mobilisées. Christophe Prochasson

Publicité

Ce qui me frappe, c’est que ce que l’on entend aujourd’hui par “intellectuel” sont soit des experts, c’est à dire des gens extrêmement spécialisés dans un domaine, ou soit des communicants, des personnes qui ont un talent rhétorique ou médiatique qui leur permet de bien transmettre un certain nombre d’idées simples.

Il y a une sorte de déconnexion entre les savoirs savants qui ont tendance à se replier dans le monde académique, et des professionnels de la communication ou des professionnels d’un savoir qui ont l’illusion de pouvoir livrer au pouvoir politique des solutions toutes faites. Ces professionnels portent une conception positiviste du savoir, comme si à chaque problème dans la société il y avait une solution et qu’il n’y avait qu’à ouvrir la boîte à outils pour la trouver.

Ce que peuvent apporter ceux que l’on appelle en France dans la tradition du 19e siècle « les intellectuels » c’est de déplacer les questions telles qu’elles se posent de façon ordinaire.

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Élodie Piel
Collaboration
Léa Capuano
Collaboration
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Production déléguée
Louison Carroué
Collaboration
Maïwenn Guiziou
Collaboration
David Jacubowiez
Réalisation