Une manifestation de la Primaire Populaire
Une manifestation de la Primaire Populaire ©Maxppp - Vincent Isore
Une manifestation de la Primaire Populaire ©Maxppp - Vincent Isore
Une manifestation de la Primaire Populaire ©Maxppp - Vincent Isore
Publicité

L'ancienne ministre de la Justice et candidate à la présidentielle est arrivée en tête de l'initiative citoyenne, ce dimanche, devant Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon. Que va-t-il se passer ?

Avec
  • Dominique Méda Professeure de sociologie à Paris-Dauphine, Productrice chez France Culture
  • Rémi Lefebvre professeur de sciences politiques à l'université de Lille 2 et chercheur au Centre d'études et de recherches administratives, politiques et sociales (CERAPS).

Avec :

Rémi Lefebvre, politiste, professeur à l’université de Lille et à Sciences Po Lille

Publicité

Dominique Meda :  directrice de l’Institut de Recherche Interdisciplinaire en Sciences Sociales de l’Université Paris Dauphine-PSL, présidente de l’Institut Veblen

L'ambition de de la primaire populaire 

Pourquoi ne pas avoir réalisé cette démarche au sein des partis en utilisant une structure préexistante ? 

L’ambition de la primaire populaire était qu’à la fin, il n’y ait qu’un seul candidat porteur d’un programme. Une fois que les partis se seraient entendus sur ce programme, le choix de la personne aurait été plus marginal. L’essentiel était ce travail programmatique et de faire travailler les différents partis de la gauche. Ça, c'est un échec. Dominique Meda

C’est une lutte de légitimité entre les partis qui sont de moins en moins représentatifs et un mouvement citoyen qui porte un discours de discrédit sur les partis et qui conteste les effets délétères des primaires - des effets de surpersonnalisation, de radicalisation - d’où cette idée de faire un vote moins polarisé. Rémi Lefebvre

En même temps que le travail programmatique, il y a eu un énorme travail relationnel. Il ne s’agissait pas de discréditer les partis mais au contraire de tenter de les rassembler et de les convaincre. Le groupe de la primaire populaire a rédigé un socle commun avec les partis. Les partis ne l’ont pas validé, mais les positions n’étaient pas si éloignées que ça et le travail devait être fait. Dominique Meda

Un exercice programmatique préalable  

Que veut dire le socle programmatique ? La candidate Christiane Taubira se retrouve-t-elle avec un programme qui lui préexiste ? 

L’idée était de s’accorder sur un cadre et de proposer des mesures basculantes comme appliquer entièrement la Convention Citoyenne pour le climat. Ces propositions ont été mises à disposition du conseil des partis qui les a discutées. Dominique Meda

L’idée de la primaire populaire était d’accréditer l’idée que finalement il y a plein de choses en commun entre des candidats qui justifiaient leur candidature par des différences idéologiques. Une série de propositions, comme l’augmentation du SMIC ou une réorientation de la politique européenne, fédère effectivement au-delà de la séparation des partis. Rémi Lefebvre

Un nouveau mode de scrutin 

Les inscrits à la primaire populaire ont été invités à choisir le candidat par le biais du mode de scrutin du « jugement majoritaire ». Ils se sont prononcés sur chaque candidat avec les mentions « très bien », « bien », « assez bien », « passable » et « insuffisant ». 

L’idée était celle d’un nouveau mode de scrutin, le jugement majoritaire permettant d’estimer et de donner son sentiment sur chacun des candidats.  Les expressions ne sont pas très agréables avec les cinq mentions mais en revanche l’idée de juger chacun est très intéressante. Dominique Meda

Qu’est-ce que ça change par rapport à un scrutin classique car le vote a tout de même abouti à un vainqueur ? 

La plus value démocratique de la primaire populaire est d’avoir promu ce type de scrutin. Voter ce n’est pas seulement choisir une personne mais exprimer une opinion de manière plus complexe. En revanche, et on touche la faiblesse de la primaire populaire, les promoteurs ont peu mis en avant ces mentions et beaucoup de participants les ont découvertes en allant voter en ligne. Rémi Lefebvre

La victoire de Christiane Taubira 

Que va-t-il se passer maintenant ? 

Christiane Taubira va reprendre la main avec le soutien de la primaire populaire qui va se mettre à son service.  Elle a un réseau de 100 000 militants assez jeunes, des réseaux d’élus et de maires. L’objectif à court terme est qu’Anne Hidalgo arrête sa candidature car elle est à-peu-près sur le même segment. Christiane Taubira doit réussir la prouesse d’affirmer son leadership à gauche et d’organiser une campagne. Rémi Lefebvre

Christiane Taubira a signé un contrat de rassemblement, c'est-à-dire  qu’elle s’engage à travailler avec les autres candidats. Elle a dit dans son discours hier qu’elle les appellerait. J’espère qu’il va se passer quelque chose comme la constitution d’une équipe. Dominique Meda

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Production déléguée
Jules Crétois
Collaboration
Élodie Piel
Collaboration
Vivien Demeyère
Réalisation
Caroline Payen
Stagiaire
Delphine Lerner
Stagiaire