L'actrice française Adèle Haenel.
L'actrice française Adèle Haenel. ©AFP - Laurent EMMANUEL
L'actrice française Adèle Haenel. ©AFP - Laurent EMMANUEL
L'actrice française Adèle Haenel. ©AFP - Laurent EMMANUEL
Publicité

En levant un tabou, Adèle Haenel va-t-elle lancer un mouvement de libération de la parole dans le septième art ? Le monde du cinéma en France est-il en train de vivre son moment #MeToo ?

Avec
  • Antoine Guillot Journaliste, critique de cinéma et de bandes dessinées, producteur de l'émission "Plan large" sur France Culture
  • Julie Gayet
  • Valence Borgia Avocate au barreau de Paris et au barreau de New-York, co-fondatrice de la Fondation des femmes.

Après la publication de l’enquête de Mediapart dans laquelle l’actrice Adèle Haenel accuse le réalisateur Christophe Ruggia d'attouchements et de harcèlement sexuel alors qu'elle était mineure, de nombreuses questions se posent sur le silence qui a jusqu'ici largement prévalu dans le cinéma français. À Hollywood, les révélations publiées dans la presse américaine après #MeToo ont provoqué une onde de choc immédiate. En France, le monde du septième art n'a pratiquement pas été atteint par cette déferlante. 

Comment le silence sur cette affaire a-t-il pu être gardé pendant toutes ces années ? Que révèle le témoignage d’Adèle Haenel du milieu du cinéma français ? Faut-il y voir un mouvement de libération de la parole ? 

Publicité

Pour en parler, nous recevons l'actrice et productrice Julie Gayet qui a fondé le mouvement #Maintenantonagit avec la Fondation des femmes, l'avocate au barreau de Paris et de New-York  Valence Borgia, co-fondatrice de la Fondation des femmes, elle conseille des victimes dans des affaires en cours dans le monde du cinéma ainsi qu'Antoine Guillot, producteur de l'émission Plan large sur France Culture.

"Le monde du cinéma est très hiérarchisé, chacun a sa place. Les gens n'osent pas parler. On est tous là pour le grand chef" Valence Borgia

"On voit que le regard qu'on peut avoir sur ce qui se passe sur un écran a bougé depuis #MeToo" Antoine Guillot

"Il y a évidemment des magistrats compétents mais ce n'est pas le cas de tout le monde. La parole des femmes est extrêmement déconsidérée. Porter l'affaire au judiciaire est un combat, qui doit être choisi d'être mené par la victime" Valence Borgia 

L'équipe