Maryborough le 28 février 2022 ©AFP - QUEENSLAND POLICE SERVICE
Maryborough le 28 février 2022 ©AFP - QUEENSLAND POLICE SERVICE
Maryborough le 28 février 2022 ©AFP - QUEENSLAND POLICE SERVICE
Publicité
Résumé

Le second volet du 6e rapport du GIEC publié hier expose la réalité d'un changement climatique en cours et dont les conséquence sont déjà mesurables sur les hommes et les écosystèmes. Sécurité alimentaire, santé, disponibilité de l'eau : des besoins essentiels de l'homme sont en péril.

avec :

Lola Vallejo (directrice du programme climat de l’Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI)).

En savoir plus

Des solutions d'adaptation au changement climatique existent et les experts du GIEC qui s'en sont fait le relais. Mais une partie de notre écosystème est déjà définitivement endommagé. C'est le cas de coraux ou de glaciers. Un rapport certes pessimiste mais qui pousse encore et toujours à agir, car chaque dixième de degré compte pour éviter que la situation ne soit pire encore après 2040. Parmi les solutions, la justice climatique s'installe comme un enjeu majeur.  Pour agir, nous dit le rapport, la fenêtre d'ouverture se réduit.

Avec Wolfgang Cramer, directeur de recherche (CNRS) à l'Institut Méditerranéen de Biodiversité et d'Ecologie Marine et Continentale (IMBE), membre du Giec et co-auteur du rapport.

Publicité

Lola Vallejo , directrice du programme Climat à l’Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI).

La nécessité de l’adaptation 

Le deuxième volet du sixième rapport du GIEC est consacré à la nécessité de s’adapter pour faire face au réchauffement climatique. S’adapter ne veut pas dire que l’on renonce à tenter d’atténuer le réchauffement mais cela veut dire que celui-ci est déjà là et qu’il faut se protéger de ce qui est irréversible. 

Il n’y a pas de conflit entre l’atténuation, la réduction des gaz à effet de serre et les opportunités pour s’adapter. Le rapport porte beaucoup de messages positifs quant aux possibilités de mieux s’adapter. Wolfgang Cramer

Est-ce la première fois que la question de l’adaptation est traitée comme centrale et vitale ? 

Les rapports du GIEC traitent depuis les années 90 de la question des impacts du changement climatique et des réponses à y apporter mais ce rapport est le premier à faire une synthèse des différentes réponses d’adaptation dans différentes zones géographiques et à montrer qu’énormément d’efforts sont déjà faits malgré de gros manques. Lola Vallejo

Qu’est-ce que l’adaptation ? 

L’adaptation, c‘est faire avec des aléas en essayant de réduire la vulnérabilité des sociétés, arrêter de faire des constructions dans des zones inondables, construire des bâtiments mieux équipés aux vagues de chaleurs fréquentes à l’avenir par exemple. Lola Vallejo

Les limites de l’adaptation et la nécessité de réduire les émissions 

Près de la moitié des habitants de la planète sont déjà très vulnérables aux conséquences du changement climatique. Les prévisions ont-elles été sous-estimées ? 

Les projections du dernier rapport il y a sept ans se sont confirmées. C’est une mauvaise nouvelle. On avait espéré à l’époque qu’on pourrait éviter une partie de ces impacts. Les risques sont plus forts et concernent l’Europe, de la même façon que l’Afrique ou l’Asie. Cette universalisation des impacts est beaucoup plus forte que ce qu’on avait pu constater. Wolfgang Cramer

Les sociétés ont-elles déjà commencé à s’adapter au changement climatique ? 

Beaucoup de projets sont en cours et les grandes villes comme Paris sont en pleine transformation pour mieux s’adapter au changement climatique inévitable. L’adaptation peut cependant se heurter à des limites dures à partir desquelles il n’est plus possible de s’adapter. Si j’essaye de me protéger contre la hausse du niveau de la mer, à partir d’un moment ce n’est techniquement plus faisable d’augmenter les digues. Dans beaucoup de systèmes on s’approche de ces limites. Si on ne réduit pas très fortement les émissions de gaz à effet de serre, on arrivera plus facilement à ces limites dures. Wolfgang Cramer

Références

L'équipe

Chloë Cambreling
Chloë Cambreling
Caroline Payen
Stagiaire
Delphine Lerner
Stagiaire
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Production déléguée
Jules Crétois
Collaboration
Élodie Piel
Collaboration
Vivien Demeyère
Réalisation