Portrait d'archives daté de novembre 1945, de l'écrivain français Romain Gary, en uniforme militaire, signant des autographes sur ses photos. ©AFP - PIGISTE
Portrait d'archives daté de novembre 1945, de l'écrivain français Romain Gary, en uniforme militaire, signant des autographes sur ses photos. ©AFP - PIGISTE
Portrait d'archives daté de novembre 1945, de l'écrivain français Romain Gary, en uniforme militaire, signant des autographes sur ses photos. ©AFP - PIGISTE
Publicité
Résumé

Presque trente ans après sa mort, l’œuvre de Romain Gary fera son entrée dans la bibliothèque de la Pléiade.

avec :

Mireille Sacotte (écrivain et professeur à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris III.), François-Henri Désérable (Écrivain).

En savoir plus

Iconoclaste et inclassable, le romancier a cultivé tout au long de sa vie un goût pour les personnages de révoltés et de marginaux. Multiple à tous points de vue, l’écrivain, diplomate, aviateur, compagnon de la Libération, scénariste, sera aussi le seul à avoir reçu deux fois le prix Goncourt, en créant le double « je » Émile Ajar qui sera récompensé pour La vie devant soi en 1975, après Romain Gary en 1956 pour Les Racines du ciel. Quel héritage littéraire, politique et philosophique Romain Gary laisse-t-il derrière lui ? Et comment les jeunes auteurs continuent aujourd’hui de s’inspirer de son œuvre ? 

59 min

Nous accueillons celle qui a dirigé l’édition des œuvres de Romain Gary à la Pléiade, Mireille Sacotte, professeur émérite à l’université Sorbonne-Nouvelle Paris-III, spécialiste, entre autres, des œuvres de Jean Giono, Saint-John Perse et Romain Gary. 

Publicité

Elle est rejointe en deuxième partie d’émission par François-Henri Désérable, romancier, auteur de “Un certain Monsieur Piekielny” chez Gallimard. 

Mireille Sacotte : 

On disait que Romain était un auteur populaire mais il était très cultivé, il parlait quatre, cinq langues, écrivait dans plusieurs langues. Il s’est amusé comme un fou avec les mots, il pouvait entrer dans une langue pour la transformer. 

Promesse de l’aube est autobiographique mais c’est surtout un roman d’amour entre une mère et son fils. Il appliquait le mentir vrai, sa mère était plus vraie que nature. 

La critique a été très dure avec lui en disant : "c'est un étranger, il parle mal le français".

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Élodie Piel
Collaboration
Pauline Chanu
Production déléguée
Roman Bornstein
Collaboration
Maïwenn Guiziou
Collaboration
David Jacubowiez
Réalisation