Une joggeuse enjambant un message "Tous en grève" inscrit sur le sol.
Une joggeuse enjambant un message "Tous en grève" inscrit sur le sol. ©AFP - Jeff PACHOUD
Une joggeuse enjambant un message "Tous en grève" inscrit sur le sol. ©AFP - Jeff PACHOUD
Une joggeuse enjambant un message "Tous en grève" inscrit sur le sol. ©AFP - Jeff PACHOUD
Publicité

C'est dans un climat social particulièrement tendu que le gouvernement se prépare à la grève interprofessionnelle de demain. Hôpitaux, retraites, école, inégalités, pauvreté… Notre système social et nos services publics sont-ils la corde raide ?

Avec
  • Nicolas Duvoux professeur de sociologie à l'université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, chercheur au Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CRESPPA-LabTop), spécialiste des questions de pauvreté, d’inégalités sociales et des politiques publiques
  • Ariane Mnouchkine Metteuse en scène, réalisatrice et scénariste, fondatrice du Théâtre du Soleil

Après le premier anniversaire des Gilets jaunes le mois dernier, le pays se prépare à une nouvelle poussée de colère dans les rues ce jeudi avec une grève interprofessionnelle. Au centre des mots d’ordre de ce mouvement : la lutte contre la réforme des retraites et la défense des services publics. Quelles sont les raisons de ces mécontentements ? Quelles perspectives pour nos services publics et dispositifs de couverture sociale ? Faut-il s’attendre à un mois de décembre explosif ? Quel rôle peuvent jouer les intellectuels dans les mouvements sociaux actuels ? 

Pour répondre à ces questions, nous recevons Nicolas Duvoux, sociologue spécialiste des questions de pauvreté et d’inégalités, professeur à l’Université Paris 8, auteur notamment d’”Où va la France populaire ?” aux éditions PUF. Il sera rejoint par Ariane Mnouchkine, metteuse en scène, signataire de l’”appel des intellectuels en soutien à celles et ceux qui luttent” qui paraît aujourd’hui dans Le Monde et à l'initiative de la revue Regards.

Publicité

Sur l'appel signé par 180 intellectuels : "Il ne s’est pas égaré dans des positions idéologiques : l’artiste, l’intellectuel, doit soutenir ce mouvement, car ce mouvement est d’abord une question de justice et de protection du droit commun. Il ne s’agit pas d’une défense des corporatismes." Ariane Mnouchkine

"Je pense que cette réforme pénalise les moins fortunés. Je ne vois pas pourquoi la retraite devrait perpétuer les difficultés de vie de certains. La retraite pourrait être une compensation des années difficiles, ce serait ça l’esprit de justice." Ariane Mnouchkine

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Élodie Piel
Collaboration
Léa Capuano
Collaboration
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Production déléguée
Louison Carroué
Collaboration
Maïwenn Guiziou
Collaboration
David Jacubowiez
Réalisation