Est-ce que la crise mondiale liée à l'épidémie de coronavirus  peut-être l’occasion de relancer le dialogue et l’action commune ? Décryptage avec Thomas Gomart ce matin dans les Matins
Est-ce que la crise mondiale liée à l'épidémie de coronavirus  peut-être l’occasion de relancer le dialogue et l’action commune ? Décryptage avec Thomas Gomart ce matin dans les Matins  ©Getty - MR.Cole_Photographer
Est-ce que la crise mondiale liée à l'épidémie de coronavirus peut-être l’occasion de relancer le dialogue et l’action commune ? Décryptage avec Thomas Gomart ce matin dans les Matins ©Getty - MR.Cole_Photographer
Est-ce que la crise mondiale liée à l'épidémie de coronavirus peut-être l’occasion de relancer le dialogue et l’action commune ? Décryptage avec Thomas Gomart ce matin dans les Matins ©Getty - MR.Cole_Photographer
Publicité

Le coronavirus illustre de manière flagrante la crise que traverse depuis plusieurs mois le multilatéralisme. Comment l’épidémie dessine-t-elle une nouvelle carte du globe ? Pour en parler, Thomas Gomart directeur de l'IFRI est l'invité des Matins.

Avec
  • Thomas Gomart Historien des relations internationales, directeur de l’Institut français des relations internationales (IFRI).

Distribution de masques, envois d’experts, production de matériel médical… Après avoir été accusée d’être à l’origine de l’épidémie, la Chine se pose aujourd’hui comme modèle pour y faire face. Un temps présenté comme une menace pour le régime chinois, le coronavirus serait-il finalement une opportunité pour Pékin, dans sa volonté de concurrencer Washington comme première puissance mondiale ? 

Pour en parler, Thomas Gomart, historien des relations internationales et directeur de l’IFRI, notamment auteur de L'Affolement du monde est l'invité des Matins. 

Publicité

Une crise qui accroît la dépendance de la planète à la Chine ? 

"Cette crise montre que la Chine est en train de retrouver une centralité historique. On a aujourd’hui 80% de la production de médicaments génériques qui proviennent d’Inde et de Chine."

Ce que cette crise révèle c’est le degré d’indépendance non-visible des économies les unes aux autres, et en particulier de l’économie chinoise. Thomas Gomart

"On voit que la Chine à la faveur de cette crise veut imposer que son modèle soit le plus efficace. Pour réussir cette tâche elle a mis en place une grande campagne de communication."

"Le système onusien (dont l’OMS) avait comme garant ultime les États-Unis. Or, depuis l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, les États-Unis se placent en rupture de cette position et en rupture du multilatéralisme. Et paradoxalement, il y a eu depuis des investissements massifs de la part de la Chine qui ont permis de gagner en légitimité. Les États-Unis et l’Europe ne disposent plus du même effet levier en raison de baisse d’investissements graduels à l'OMS."

Affermissement des tensions sino-américaines 

"C’est la première fois que face à une crise d’une telle ampleur, le réflexe américain est de se claquemurer. Quand on regarde aujourd’hui les choses aux États-Unis, il y a trois faits importants. Dans une période de pré-élections présidentielles, cette crise renforce les positions du président Trump. Autre aspect, elle révèle les inégalités sanitaires secouant le pays. Et puis les débats au sein de la communauté stratégique sont également un fait notable."

On parlait toujours de l’économie américaine en situation de crise qui relançait la croissance mondiale. C’est peut-être la Chine qui va jouer ce rôle dans cette crise. Thomas Gomart

"Depuis 2008, l’accélération de la montée en puissance de la Chine dans les domaines financiers a bouleversé le rapport de force. Ce qui fait dire à Donald Trump que la Chine n’est plus un partenaire mais un rival économique."

De nouveaux secteurs stratégiques ? 

"Cette réflexion sur l’enjeu alimentaire de l’approvisionnement va raviver les questions sur les secteurs stratégiques."

Les cinq secteurs stratégiques que met en lumière cette crise sont le secteur militaire, l'énergie, l'alimentaire, le numérique et le sanitaire. Thomas Gomart

"Le grand sujet est de savoir qui va prendre le contrôle des données industrielles. C’est tout le fait décisif car c’est la maîtrise à terme de l’appareil de production."

Vous pouvez (ré)écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Production déléguée
David Jacubowiez
Réalisation
Élodie Piel
Collaboration
Maïwenn Guiziou
Collaboration
Léa Capuano
Collaboration
Louison Carroué
Collaboration