Les coureurs de l'équipe Jumbo Visma s'entraînent à deux jours du départ du Tour de France aux alentours de Nice  ©AFP - Marco BERTORELLO
Les coureurs de l'équipe Jumbo Visma s'entraînent à deux jours du départ du Tour de France aux alentours de Nice ©AFP - Marco BERTORELLO
Les coureurs de l'équipe Jumbo Visma s'entraînent à deux jours du départ du Tour de France aux alentours de Nice ©AFP - Marco BERTORELLO
Publicité
Résumé

Pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, l’épreuve-reine du cyclisme ne se tiendra pas en juillet. Doit-on s’attendre à une compétition hors normes ?Comment se sont préparés les coureurs dans un tel contexte ?

avec :

Béatrice Houchard (journaliste), Guillaume Martin (cycliste professionnel, 12ème du Tour de France 2019).

En savoir plus

Il fait son grand retour avec deux mois de retard. Initialement prévu en juillet, le Tour de France s’élancera demain depuis la ville de Nice. Au programme, 21 étapes et 3 470 kilomètres passant notamment par l’île de Ré, les Pyrénées, le Massif Central et les mythiques sommets alpestres. Dans un contexte sanitaire délicat, organisateurs et coureurs ont su s’adapter pour rendre l’épreuve possible et que le spectacle soit au rendez-vous. A quoi ressemblera la Grande Boucle 2020 qui s’annonce déjà historique ? Comment doivent s’adapter les épreuves sportives pour perdurer dans un tel climat ? Comment se sont préparés les coureurs face à de telles conditions ? 

Pour en parler ce matin, Béatrice Houchard, journaliste, auteure de “Le Tour de France et la France du Tour” aux éditions Calmann Lévy et Guillaume Martin, coureur cycliste professionnel, leader de l’équipe Cofidis et auteur de “Socrate à vélo: Le tour de France des philosophes” aux éditions Grasset sont nos invités. 

Publicité

Béatrice Houchard : 

La Tour de France existe depuis 1903. Il n'a été interrompu qu'à l'occasion des guerres mondiales. C'est à la fois de l'histoire, de la géographie et une madeleine de Proust. Souvent, les personnes citent des coureurs qui sont de l'époque de leur enfance.

"Souvent les gens regardent la carte et disent : "ce n'est plus le tour de France". Il faut remonter en 1948 pour un Tour de France qui faisait vraiment le tour. Mais le reste du territoire était oublié. Il faut attendre les années 50 pour que le tour se rende dans certaines région comme le Centre-Val de Loire ou le Massif central". 

Il va manquer une certaine insouciance, qu'il y a en juillet. Ce qui va dominer, c'est l'épreuve sportive et l'inquiétude qu'il y ait un problème. Les coureurs vont être testés régulièrement. La présentation du Tour à Nice était dans un quasi huis-clos. Les conditions d'accès sont drastiques. Les organisateurs mettent tout de leur côté pour que la compétition puisse se dérouler.

"Quand on parle des contrôles, on parle désormais du Covid, plus que des contrôles anti-dopage. Le cyclisme n'est désormais plus le sport le plus touché par les affaires de dopage (...), depuis l'affaire Armstrong puis Festina. Depuis quelques années, il y a un doute sur l'éventualité d'utilisation de petits moteurs. Les vélos sont testés pour s'assurer qu''ils avancent à la seule force des jambes. Il y a eu un cas dans le cyclisme féminin".

Guillaume Martin : 

Le cyclisme est très populaire, un sport d'agriculteur, mais qui a inspiré de nombreux intellectuels. Il y a cette double approche du cyclisme : quelque chose de corporel et de romantique. L'effort brut et la dimension épique à quelque chose de fascinant pour un milieu intellectuel  éloigné de ça. Aujourd'hui c'est un sport démocratique, ouvert à des gens de tous milieux.

"Éprouver son corps en premier plan est nietzschéen. Je ne maltraite pas mon corps, le corps consent à ce qu'il fait, il a sa propre intelligence. L'esprit est second et une construction du corps. Je suis méfiant avec le discours autour du mental. Selon moi, c'est dans le corps avant tout."

Dans l'idéologie moderne du sport, il y a une tendance à considérer que l'important est de participer. Nietzche s'oppose à Coubertin. Dans le sport, il n'y a aucune honte à vouloir gagner. Il y a un cadre, on n'est pas dans l'état de nature ou dans la société brute, on peut se laisser aller à nos passions.

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Élodie Piel
Collaboration
Léa Capuano
Collaboration
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Pauline Chanu
Production déléguée
Vivien Demeyère
Réalisation
Sophie Alavi
Collaboration