Un livreur d'Uber Eats à Paris, le 3 novembre 2020. ©AFP - JOEL SAGET
Un livreur d'Uber Eats à Paris, le 3 novembre 2020. ©AFP - JOEL SAGET
Un livreur d'Uber Eats à Paris, le 3 novembre 2020. ©AFP - JOEL SAGET
Publicité
Résumé

Les modèles des entreprises du numérique suscitent de nombreuses questions, parmi lesquelles la plus brûlante est sans aucun doute le type de contrats qu'elles proposent aux travailleurs.

avec :

Dominique Méda (Professeure de sociologie à Paris-Dauphine), Frédéric Fréry (Professeur de stratégie à ESCP).

En savoir plus

Les débats autour des plateformes numériques n’en finissent pas. 

Dans la classe politique comme dans les milieux économiques, on se demande de quoi l’avenir sera fait. Il y a d’un côté, la question du modèle de ces multinationales et notamment de leur rentabilité. Malgré une amélioration par rapport à l’année 2019, Uber n’évite pas des pertes chiffrées en millions de dollars en 2020. De l’autre, les modèles de contrats proposés aux travailleurs de ces plateformes suscitent toujours autant de questions. Plusieurs pays européens ont poussé ces dernières semaines des entreprises à reconnaître leurs livreurs comme des salariés. 

Publicité

En France, certains s’inquiètent : les plateformes pourraient essayer d’imposer un « tiers statut » présenté comme accommodant pour les livreurs mais qui ferait peser un risque sur le modèle du salarié avec ses droits afférents. 

Alors que la Commission européenne a lancé en février la consultation des partenaires sociaux à propos des conditions de travail des personnes exerçant leur activité professionnelle par l’intermédiaire de plateformes numériques, et que Deliveroo prépare son entrée en Bourse à Londres, tour d’horizon des espoirs et des craintes suscités par ces nouveaux modèles.

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Jules Crétois
Collaboration
Élodie Piel
Collaboration
Léa Capuano
Collaboration
Pauline Chanu
Production déléguée
Vivien Demeyère
Réalisation