Portraits de Bernard Maris, Georges Wolinski, Bernard Verlhac, Stephane Charbonnier et Jean Cabut, assassinés lors de l'attentat de Charlie Hebdo en 2015.
Portraits de Bernard Maris, Georges Wolinski, Bernard Verlhac, Stephane Charbonnier et Jean Cabut, assassinés lors de l'attentat de Charlie Hebdo en 2015.
Portraits de Bernard Maris, Georges Wolinski, Bernard Verlhac, Stephane Charbonnier et Jean Cabut, assassinés lors de l'attentat de Charlie Hebdo en 2015. ©AFP - CHRISTOPHE ARCHAMBAULT
Portraits de Bernard Maris, Georges Wolinski, Bernard Verlhac, Stephane Charbonnier et Jean Cabut, assassinés lors de l'attentat de Charlie Hebdo en 2015. ©AFP - CHRISTOPHE ARCHAMBAULT
Portraits de Bernard Maris, Georges Wolinski, Bernard Verlhac, Stephane Charbonnier et Jean Cabut, assassinés lors de l'attentat de Charlie Hebdo en 2015. ©AFP - CHRISTOPHE ARCHAMBAULT
Publicité
Résumé

Vivre après l’attaque : ce jeudi Riss, survivant de l'attentat de Charlie Hebdo, livre les "Une minute et quarante-neuf secondes" où tout a basculé.

avec :

Riss (Dessinateur de presse et caricaturiste).

En savoir plus

"La violence [...] n'a pas disparu. On l'a supportée. On l'a encaissée. On l'a absorbée."

Notre invité ce jeudi est le dessinateur Riss, directeur de Charlie Hebdo, et survivant de l'attentat de janvier 2015. Il publie "Une minute et quarante-neuf secondes" (éditions Actes Sud et Les Échappés), où il livre le récit de l'attaque et raconte l'après.

Publicité

"On cherchait à nous liquider nous, personnellement. C'est une élimination politique. Ce n'est pas un attentat aveugle" Riss

"J'utilise le mot collabo de façon générique. Il définit les intellectuels et penseurs qui, face à différentes formes de totalitarisme, s'en accomode (...). Quand on est démocrate, il faut être optimiste. Je ne veux pas vivre sous une domination, quelle soit religieuse ou politique". Riss 

"J'ai jamais considéré qu'être dessinateur ou journaliste était un métier sécurisé. C'est risqué d'exprimer des opinions franches (...). On ne vit pas dans un monde paisible, à un moment donné, le chaos du monde nous rattrape. Et si on se protège trop, c'est sûr que l'on va perdre". Riss

"Faire de la satire impose de choisir des bons mots. On peut faire des dessins ambigus ou mal compris. Ça fait partie du travail de caricaturiste de trouver la bonne limite." Riss

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Gwendoline Troyano
Collaboration
Élodie Piel
Collaboration
Pauline Chanu
Production déléguée
Louison Carroué
Collaboration
Maïwenn Guiziou
Collaboration
David Jacubowiez
Réalisation