Un quartier de Shanghai lors d'un confinement dû au coronavirus le 7 mai 2022.
Un quartier de Shanghai lors d'un confinement dû au coronavirus le 7 mai 2022.
Un quartier de Shanghai lors d'un confinement dû au coronavirus le 7 mai 2022. ©AFP - Hector RETAMAL
Un quartier de Shanghai lors d'un confinement dû au coronavirus le 7 mai 2022. ©AFP - Hector RETAMAL
Un quartier de Shanghai lors d'un confinement dû au coronavirus le 7 mai 2022. ©AFP - Hector RETAMAL
Publicité
Résumé

Confinée au sens le plus strict du terme, la ville de Shanghai est devenue un véritable cas d’école de la stratégie zéro-covid que la Chine est désormais seule à appliquer dans le monde.

avec :

Antoine Bondaz (chercheur à la Fondation pour la Recherche Stratégique, enseignant à Sciences-Po), Arnaud Fontanet (Directeur de l'unité d'épidémiologie des maladies émergentes à l'Institut Pasteur de Paris).

En savoir plus

Des enfants séparés de leur parent, des ouvriers confinés dans leur usine, … La politique zéro-covid à Shanghai est plus que stricte, et montre déjà son efficacité.

Analyse de la stratégie sanitaire aux enjeux très politiques de la Chine en compagnie d’Antoine Bondaz, chercheur à la Fondation pour la Recherche Stratégique et Arnaud Fontanet, directeur de l'unité d'épidémiologie des maladies émergentes à l'Institut Pasteur de Paris,  pour déterminer les risques des sous-variants sud-africains récemment identifiés.

Publicité

Nos invités sont :

  • Antoine Bondaz, chercheur à la Fondation pour la Recherche Stratégique, enseignant à Sciences-Po
  • Arnaud Fontanet, Directeur de l'unité d'épidémiologie des maladies émergentes à l'Institut Pasteur de Paris

La capacité de déployer une stratégie zéro-covid en Chine 

"Les autorités politiques chinoises ont non seulement voulu mettre en place une stratégie zéro-covid mais elles ont également pu le faire", estime Antoine Bondaz. Elles ont été les premières à être confrontées à un virus inconnu en février-mars 2020 à Wuhan. Les autorités politiques ont réussi au mois de mars à stopper l’épidémie. "Le timing politique était que lorsque la Chine sortait de la crise, les pays occidentaux comme les États-Unis y entraient". À partir de là, les autorités chinoises ont toujours gardé la même ligne depuis deux ans, qui est de vanter l’efficacité du système de gouvernance chinois face à l’inefficacité des systèmes de gouvernance des démocraties libérales occidentales. "La Chine avait l’organisation et les capacités de mobilisation suffisante"

L’épidémie en France 

A partir de lundi 16 mai, on aura le droit de prendre le train ou l’avion sans masque. "Cela marque le fait qu’on est arrivé à un moment de l’épidémie, selonArnaud Fontanet, où effectivement le nombre de cas baisse très significativement". Cela se traduit aussi dans les hospitalisations. "Le nombre d’admissions quotidiennes à l’hôpital en hospitalisation conventionnelle et en soin intensif est aujourd’hui le même que celui à la même date en 2020 et en 2021". Les trajectoires sont donc similaires. Il a plus de cas en revanche car le variant Omicron est plus transmissible que ses prédécesseurs. "Avec les beaux jours, les virus respiratoires circulent moins bien. On peut espérer une accalmie prononcée sur les semaines qui viennent"

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Jules Crétois
Collaboration
Élodie Piel
Collaboration
Pauline Chanu
Production déléguée
Vivien Demeyère
Réalisation
Delphine Lerner
Stagiaire
Caroline Payen
Stagiaire