Un quartier populaire de la ville de Calais
Un quartier populaire de la ville de Calais
Un quartier populaire de la ville de Calais ©AFP - PHILIPPE HUGUEN / AFP
Un quartier populaire de la ville de Calais ©AFP - PHILIPPE HUGUEN / AFP
Un quartier populaire de la ville de Calais ©AFP - PHILIPPE HUGUEN / AFP
Publicité
Résumé

Réunis cette semaine pour les premiers états généraux de la politique de la ville des maires de banlieues ont lancé « l’appel de Grigny » pour alerter sur la baisse des moyens pour les quartiers populaires

avec :

Stéphane Gatignon (Maire de Sevran, conseiller régional d'Ile de France).

En savoir plus

Le lien de confiance entre les collectivités territoriales et l’Etat est-il rompu ? Hier à Marseille, devant les présidents de départements réunis en C ongrès, le premier ministre n’a pas réussi à calmer la colère des élus locaux qui va crescendo depuis l’été. Jeudi, E Macron a reçu François Baroin, président de l’Association des maires de France, en vue du congrès programmé dans un mois. Lundi, à Grigny, dans l’Essonne, ont eu lieu les premiers Etats Généraux de la Politique de la Ville, dont on célèbre simultanément le 40e anniversaire. A cette occasion, 250 maires en charge de quartiers populaires dans leur ville ainsi que les associations qui oeuvrent auprès de la jeunesse et des populations fragiles ont lancé un appel solennel au Président de la République qui restera sous le nom d’ « Appel de Grigny »…

Stéphane Gatignon: il y a toujours autant d'inégalités entre les territoires en France et aujourd'hui on n'avance plus sur ces questions ! Aujourd'hui la politique de rénovation urbaine est plombée ! Tout est très bureaucratisé et technocratisé, aujourd'hui on demande de la simplification.

Publicité

Mercredi dernier le Président de la République annonçait la création d'une nouvelle police "de sécurité et du quotidien".

Stéphane Gatignon : une police de proximité, c'est quoi, c'est une police normale ! très bien, le problème c'est qu'on n'aura jamais les effectifs ! Il faut d'abord que l'on retrouve les effectifs d'il y a 10 ans. Ensuite moi je suis pour une fusion des polices nationales et municipales.