Tinder est l'application de rencontres la plus utilisée au monde
Tinder est l'application de rencontres la plus utilisée au monde ©AFP - JOE RAEDLE
Tinder est l'application de rencontres la plus utilisée au monde ©AFP - JOE RAEDLE
Tinder est l'application de rencontres la plus utilisée au monde ©AFP - JOE RAEDLE
Publicité

Judith Duportail est journaliste.Dans son livre "L'amour sous algorithme", elle enquête sur le fonctionnement de Tinder, l'application de rencontre la plus utilisée au monde. Discrimination en fonction du genre, de l'âge, du revenu... L'égalité n'est pas de mise entre les utilisateurs, loin de là.

Avec
  • Judith Duportail Journaliste

Tinder, l'application de rencontre la plus utilisée dans le monde entier et en France met en relation des profils d'utilisateurs. La journaliste Judith Duportail a enquêté sur l'algorithme qui permet de mettre en relation les différents profils. 

On découvre que chaque utilisateur se voit attribuer une note de désirabilité basée entre autres sur le taux de personnes qui, voyant le profil, veulent entrer en contact avec l'individu qui se cache derrière. 

Publicité

Tinder se réserve la possibilité de nous évaluer sur notre attractivité, mais pas seulement: sur notre intelligence, en lisant nos messages, et en regardant si on utilise des mots compliqués. Sur notre niveau d'études et notre niveau de revenu.

Tous les utilisateurs ne sont pas égaux dans sur l'application. C'est d'ailleurs sur cette "inégalité" structurelle que repose le modèle économique de la plateforme. Tinder est aujourd'hui l'application la plus rentable de l'Apple Store, grâce aux packs qu'elle propose à ses utilisateurs pour "booster" leur profil. 

C'est comme si on était sur un grand bateau, et qu'il y avait la classe des moches, la classe des moyens, la classe des plus beaux. Et si vous êtes en bas, de temps en temps, vous avez le droit d'acheter un ticket pour aller dans les salons de la  première classe, vous restez une demi-heure, et ensuite il faut redescendre.

Plus grave, le brevet déposé par Tinder montre que l'application introduit un biais de genre. 

Tinder se réserve la possibilité d'évaluer les hommes différemment des femmes. Un homme qui a fait des hautes études et a de bons revenus se verra attribuer des points bonus, une femme qui aurait le même profil se verrait, elle, attribuer des points malus. Le système de matching privilégie finalement une situation où l'homme est toujours  dominant face à la femme. 

L'Amour sous algorithme de Judith Duportail, Editions Goutte d'or,  en librairie le 21 mars 2019.
230 pages, 17 euros.