Gaspard Koenig sur le plateau de France 2 ©AFP - PIERRE VERDY / AFP
Gaspard Koenig sur le plateau de France 2 ©AFP - PIERRE VERDY / AFP
Gaspard Koenig sur le plateau de France 2 ©AFP - PIERRE VERDY / AFP
Publicité
Résumé

Gaspard Koenig, philosophe, fondateur du think tank GenerationLibre, analyse l’impact du développement l’IA sur notre libre arbitre dans « La fin de l’individu. Voyage d’un philosophe au pays de l’intelligence artificielle » entre essai et enquête de terrain.

avec :

Gaspard Koenig (Philosophe, enseignant à Science Po, président du think-tank GenerationLibre).

En savoir plus

L’IA existe depuis plusieurs décennies mais son développement s’est considérablement accéléré ces dernières années. Quelles sont les répercussions sur notre conception du monde et de l’individu ? Gaspard Koenig a ainsi rencontré plus de 120 chercheurs, investisseurs, entrepreneurs, intellectuels et politiques afin de faire émerger une véritable philosophie de l’IA.

Pour le philosophe, cette technologie n’a pas pour ambition de remplacer l’esprit humain car elle ne cherche pas à en reproduire sa pensée. C’est son résultat qu’elle tend à remplacer, dans le but d’accélérer le processus de synthèse dont l’être humain est capable. Le rôle de la philosophie est alors de comprendre la portée de cette rupture technologique majeure. Pour Gaspard Koenig, les techniques de l’IA telles qu’elles sont appliquées industriellement aujourd’hui, conduiraient à déléguer la capacité de choix de l’individu à la machine. Devenant de plus en plus manipulable, son autonomie et sa responsabilité sont alors remises en question. 

Publicité

Les systèmes de l’IA nous incitent à nous comporter dans la norme, à l’image d’un trajet par une application GPS qui nous oblige à prendre le chemin le plus court sans déviation possible. On touche ici à une remise en question du « droit à l’errance » de l’individu, et donc à son libre arbitre. Or pour Gaspard Koenig, il est fondamental que l’individu conserve ce droit, d’une part car le progrès ne peut exister que par l’erreur, et d’autre part pour que l’individu soit le plus complet et singulier possible.

L’essai apporte donc des pistes de réflexion sur la notion de l’individu autonome au sein d’un monde de l’IA, tout en abordant la question des politiques publiques, qui ne doivent pas être pensées contre cette technologie mais plutôt en se l’appropriant dans le respect de la liberté des individus.

POUR ALLER PLUS LOIN

LES RÉSEAUX SOCIAUX 

Suivez Soft Power sur les réseaux sociaux pour ne rater aucun podcast mais aussi voir les photos, les vidéos et la playlist de l'émission : Instagram | Twitter | Facebook | LindedIn | Spotify

L’ACTUALITÉ DU NUMÉRIQUE 

Et pour tout comprendre à l’actualité du numérique, lisez notre Alphabet numérique et notre guide des 44 intellectuels pour penser le numérique.

Références

L'équipe

Zoé Sfez
Zoé Sfez
Zoé Sfez
Production
Nathan Marcel-Millet
Collaboration
David Pata
Collaboration