A Barbara, la nation reconnaissante. Du moins celle des amateurs de chanson et de langue françaises ©Getty - Reg Lancaster/Express
A Barbara, la nation reconnaissante. Du moins celle des amateurs de chanson et de langue françaises ©Getty - Reg Lancaster/Express
A Barbara, la nation reconnaissante. Du moins celle des amateurs de chanson et de langue françaises ©Getty - Reg Lancaster/Express
Publicité
Résumé

Faire entrer Barbara au Panthéon, et avec elle l’humanisme, le désir d’émancipation féminine, d’ouverture, de pacifisme et de tolérance qui circulent dans ses chansons, tel est le choix de Marie Richeux.

En savoir plus

Faisons entrer au Panthéon Monique Andrée Serf, autrice-compositrice-interprète, beaucoup plus connue sous le nom de Barbara. Née en 1930 à Paris, de deux parents juifs, mère et grand-mère ukrainienne d’Odessa, père alsacien, elle passe une partie de son enfance à déménager pour échapper à la traque nazie et déjouer les dénonciations. Barbara, une enfant juive, donc, sous le régime de Vichy, qui chantera cette menace dans sa très belle chanson Mon enfance.

Avec Barbara, je fais entrer ses dizaines et dizaines de chansons au Panthéon. C’est pas grand chose une chanson, mais c’est souvent ce qui revient à la mémoire des cerveaux qui ont tout oublié. Parfois on n’y trouve que quelques minutes d’amour, parfois deux-trois idées, et parfois une idée de la France. En témoignent les poils dressés sur de nombreux avant-bras, quand, a capella, des hommes ont harmonisé, le 30 novembre 2021, sur le dernier vers du Chant des partisans, "Chantez, compagnons, dans la nuit, la liberté nous écoute…"

Publicité
59 min

A Barbara, la nation reconnaissante

Barbara, pour beaucoup, c’est une histoire de fidélité à l’enfance. Ses airs, y compris les plus sombres, ont bercé bien des débuts de nuit, et on les fredonne ensuite pour traverser quelques tempêtes. Dans les chansons de Barbara, il est possible d’apprendre à vivre, elle qui chantait pourtant sa profonde difficulté à le faire. On y apprend qu’à chaque fois qu’on parle d’amour c’est avec jamais et toujours, que les hommes au regard fier abritent de tout petits garçons qui jouaient à la guerre, on sait qu’il pleut sur Nantes quand les pères meurent, que les pères sont capables des pires violences, que la vie donne et puis reprend, qu’ici-bas tout n’est que recommencement, et qu’il faut saluer la beauté de son chapeau bas. Bref, on y apprend que l’existence est une sublime aventure aux angles coupants, qu’il faut la vivre, vaille que vivre, sans fuir la solitude. A moi les chansons de Barbara ont donné le goût de la liberté farouche, celui de la passion et de la pudeur, de la poésie et du trait d’esprit. Et je crois que nous sommes des milliers dans ce cas. 

À lire aussi : Devenir Barbara

Chanter la liberté farouche, l'ouverture et le goût des appartenances multiples

L'idée de faire entrer Barbara dans notre Open Panthéon fait aussi écho à ma surprise d’avoir vu apparaître son nom et son visage dans le clip de campagne du candidat à la présidentielle Eric Zemmour. Comme le disait le chercheur Alexis Lévrier, dans L’Esprit Public du 26 décembre dernier sur notre antenne, les périodes où l’extrême droite se trouve aux portes du pouvoir se caractérisent souvent par une rhétorique de l’inversion des valeurs. A ce compte-là, c’est le festival des récupérations. Il ne s’agit pas de figer Barbara dans une case bien définie de l’échiquier politique pour lui faire passer la porte du temple républicain - cela l’ennuierait à mourir, et je me fiche bien de savoir pour qui elle voterait. En revanche, je ne me fiche pas de l’humanisme, du désir d’émancipation féminine, de l’ouverture, du pacifisme, de la tolérance qui circulent avec ses chansons. Au Panthéon, entre les colonnades glacées d’après la mort, elle chantera avec Joséphine Baker le goût des doubles appartenances, et redira, en allongeant la liste des villes, que les enfants, quels que soient leurs prénoms, ce sont les mêmes, à Paris ou à Göttingen, et ce sera bon, par les temps qui courent, d’entendre l’écho de leur chant.

Marie Richeux est productrice de l'émission Par les temps qui courent.

À lire aussi : Un sacré goût de vivre
58 min