Coluche dans les studios d'Europe 1 en mars 1984
Coluche dans les studios d'Europe 1 en mars 1984 ©AFP - AFP
Coluche dans les studios d'Europe 1 en mars 1984 ©AFP - AFP
Coluche dans les studios d'Europe 1 en mars 1984 ©AFP - AFP
Publicité

C'est Coluche que Guillaume Erner, producteur des Matins sur France Culture, propose d'introniser, car il manque au Panthéon un type indispensable à la France : le bouffon.

Je me suis dit que tout avait déjà été dit et l’on vient trop tard en matière d’Open Panthéon. Il y a déjà eu moult intellectuel, combattant, artiste, que mes camarades ont proposé de faire rentrer dans cet auguste lieu. Il n’y a qu’une profession ou presque qui n’y est pas et cette catégorie ce sont les bouffons. Il n’y a pas de comique au Panthéon et en France cela n’est pas possible. Pourquoi n’est-ce pas possible, eh bien tout simplement parce que depuis un certain 7 janvier 2015 notre république est à tout jamais liée avec ceux qui font rire et en vivent souvent, en meurent parfois, et c’est pourquoi j’ai choisi de faire entrer Coluche au Panthéon… Alors bien sûr j’aurais pu faire rentrer ceux de Charlie mais comment choisir parmi eux, et c’est pourquoi j’ai décidé d’introniser l’homme à la salopette et au nez rouge, parce que trop de solennité nuit à la solennité… En outre, je ne connais pas de comique aussi consensuel que l’est Coluche. De son vivant évidemment, il pouvait faire grincer et pourtant il était aussi cruel avec la droite qu’avec la gauche, avec les pauvres et les riches, les chômeurs comme les travailleurs… Coluche était grand, dans toutes les facettes de son art, en faisant ce qu’on n’appelait pas encore du stand-up au théâtre, au cinéma bien sûr, et puis aussi, alors pardonnez-moi mais cela compte pour moi, à la radio, puisque Coluche fut un formidable animateur de radio en particulier, vous allez rire, sur Europe 1. Eh oui, puisqu’il y eut une époque où Coluche était sur Europe 1.

58 min

Si on demandait aux Français, il serait immédiatement élu. Et c’est une bonne chose pour lui qui faillit se présenter à l’Elysée et eut le bon goût de ne pas y aller, non sans avoir été soutenu par Bourdieu et Deleuze ; vous voyez, Coluche ça peut quand même faire France Culture… Alors bien sûr Coluche était alcoolique, drogué, motard, grossier, il le revendiquait. Vulgaire parfois, même s’il s’en défendait. L’erreur est humaine et quand les comiques se plantent ils font de l’humour pas drôle. Sinon Coluche a créé les Restos du Cœur, c’est bien et ça n’est pas bien, c’est merveilleusement efficace mais on aurait préféré que cette association soit remplacée par l’Etat.

Publicité

Alors certes il reste un petit obstacle… Coluche aurait détesté déménager au Panthéon… A coup sûr il aurait retiré sa candidature, comme il l’avait fait lors de sa course avortée vers l’Elysée, course qui cessa avec cette déclaration : "Je préfère que ma candidature s’arrête parce qu’elle commence à me gonfler".