Karlsruhe contre BCE : un combat politique plus que monétaire (lien vers l'audio dans la page)

La cour constitutionnelle de Karlsruhe donne trois mois à la BCE pour démontrer que ses achats de dettes publiques ne sont pas disproportionnés par rapport aux effets qu’ils ont sur les «actionnaires, locataires, propriétaires immobiliers, épargnants
La cour constitutionnelle de Karlsruhe donne trois mois à la BCE pour démontrer que ses achats de dettes publiques ne sont pas disproportionnés par rapport aux effets qu’ils ont sur les «actionnaires, locataires, propriétaires immobiliers, épargnants ©AFP - Sebastian Gollnow
La cour constitutionnelle de Karlsruhe donne trois mois à la BCE pour démontrer que ses achats de dettes publiques ne sont pas disproportionnés par rapport aux effets qu’ils ont sur les «actionnaires, locataires, propriétaires immobiliers, épargnants ©AFP - Sebastian Gollnow
La cour constitutionnelle de Karlsruhe donne trois mois à la BCE pour démontrer que ses achats de dettes publiques ne sont pas disproportionnés par rapport aux effets qu’ils ont sur les «actionnaires, locataires, propriétaires immobiliers, épargnants ©AFP - Sebastian Gollnow
Publicité

La cour constitutionnelle allemande de Karlsruhe a mis cette semaine une épée de Damoclès sur la BCE et l’euro. Au nom de la démocratie dans l’UE (argument recevable), mais aussi d’une vision étriquée (et très allemande) de l’action monétaire. Explications.

En ces temps confinés, sans journaux de la rédaction de France Culture, la Bulle économique est déplacée, mais rien n'a changé, elle est toujours publiée le samedi en version écrite et podcast. Le podcast n'est pas sur cette page, mais en suivant le lien ci dessous vous le trouverez, ainsi que la bulle écrite. 

Le lien ici : Cour de Karlsruhe contre BCE : un combat politique plus que monétaire

Publicité

L'équipe