Essentielles ou non, les marchandises continuent d’être débarquées (ici arrivée dans le Port de Hambourg le 19 avril), en revanche les équipages sont soumis à des règles très strictes, voire interdits de quitter le navire. ©Maxppp - Bodo Marks
Essentielles ou non, les marchandises continuent d’être débarquées (ici arrivée dans le Port de Hambourg le 19 avril), en revanche les équipages sont soumis à des règles très strictes, voire interdits de quitter le navire. ©Maxppp - Bodo Marks
Essentielles ou non, les marchandises continuent d’être débarquées (ici arrivée dans le Port de Hambourg le 19 avril), en revanche les équipages sont soumis à des règles très strictes, voire interdits de quitter le navire. ©Maxppp - Bodo Marks
Publicité
Résumé

Les marins étaient déjà les invisibles de la mondialisation, ils restent les travailleurs essentiels invisibles du coronavirus, or pour ce secteur et ses 1,6 millions de salarié.es, le désastre est déjà social, potentiellement mental. Il sera ensuite économique.

En savoir plus

En ces temps confinés, sans journaux de la rédaction de France Culture, la Bulle économique est déplacée, mais rien n'a changé, elle est toujours publiée le samedi en version écrite et podcast (le podcast est même plus long et avec plus d'ambiance). 

Voici le lien pour la retrouver : Marins : toujours essentiels, et toujours aussi invisibles 

Publicité

OU ci dessous...

Références

L'équipe

Marie Viennot
Marie Viennot
Marie Viennot
Production