L'inflation a dépassé les 5%, tandis que la croissance du PIB fut nulle au premier trimestre 2022 en France, d'où la crainte de stagflation qui revient.
L'inflation a dépassé les 5%, tandis que la croissance du PIB fut nulle au premier trimestre 2022 en France, d'où la crainte de stagflation qui revient.
L'inflation a dépassé les 5%, tandis que la croissance du PIB fut nulle au premier trimestre 2022 en France, d'où la crainte de stagflation qui revient. ©Getty - DNY59
L'inflation a dépassé les 5%, tandis que la croissance du PIB fut nulle au premier trimestre 2022 en France, d'où la crainte de stagflation qui revient. ©Getty - DNY59
L'inflation a dépassé les 5%, tandis que la croissance du PIB fut nulle au premier trimestre 2022 en France, d'où la crainte de stagflation qui revient. ©Getty - DNY59
Publicité
Résumé

Inflation inédite depuis le milieu des années 80. Croissance 0 au premier trimestre. La France entrerait-elle en stagflation comme elle le fit en 1974 ?

En savoir plus

Nous sommes en novembre 1974, le Président de la République Valéry Giscard d’Estaing est élu depuis quelques mois, il va s’adresser à la Nation. 30 minutes, consacrées à l’économie, et à un phénomène que l’on redécouvre aujourd'hui : l’inflation.

"Nous avons subi, nous subissons encore, une très forte inflation, entraînant une forte hausse des prix." Valéry Giscard d'Estaing, le 26 novembre 1974 .

Publicité

Cette année 1974, la hausse dépassa les 15%, un pic jamais atteint depuis.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Nous en sommes loin aujourd’hui. Pour le moment, l’inflation en France dépasse à peine les 5% sur un an, mais personne ne sait vraiment où elle va s’arrêter. Dans son dernier point de conjoncture, l’Insee fait remarquer que sans le bouclier tarifaire sur les prix du gaz et de l’électricité, et la remise à la pompe financée par l’Etat depuis avril, la hausse des prix dépasserait les 7%.

Avec Malte, le Portugal, la Slovénie, la Finlande et le Danemark, la France est le pays le plus épargné par la hausse des prix : Espagne, Pologne, Bulgarie, Pays Bas, Tchéquie, Pays Balte sont tous au dessus de 10%, 15% pour la Lituanie, le record d’Europe. Ici les stats d'Eurostat.

La flambée des prix de l’énergie, est comme dans les années 70 ce qui alimente cette frénésie haussière, mais elle n’explique pas tout.

La France, l’Europe, le Monde sont aussi soumis à ce qu’on nomme en économie, un choc d’offre négatif, comprenez, des difficultés d’approvisionnement.

La guerre en Ukraine, et le blocage des ports d’où ne partent plus les cargos chargés de céréales accentuent ces difficultés, la réaction protectionniste de certains pays, comme l’Indonésie qui n’exporte plus son huile de palme, n’arrange rien, mais il y a aussi toujours le covid.

On l’oublie parfois, mais cela fait plusieurs mois que les entreprises ont du mal à se fournir sur le grand marché mondial er cela ne date pas de l’invasion de l’Ukraine.

C’était prévu : après des mois à ne quasi plus produire en 2020, la relance de la machine économique, à grands coup d’argent public a créée des pénuries.

Qui dit moins d’offre, et beaucoup de demande, dit hausse des prix, c’est connu.

Bois, papier, semi-conducteurs, pièces automobiles, produits chimiques et industriels ne sont plus livrés aussi vite depuis déjà un an. La marine marchande, débordée d’un côté, et entravée de l'autre par les contraintes sanitaires qui varient au rythme des variants du covid augmente ses prix, ce qui accroît in fine le prix des produits ramenés.

Les derniers chiffres de l'inflation selon l'INSEE
Les derniers chiffres de l'inflation selon l'INSEE
- Insee

La guerre en Ukraine, mais aussi le Covid

Un conteneur de quarante pieds coûtait 3000 dollars pour rapporter la marchandise de Chine avant le Covid, en septembre 2021, c’était 19 000 dollars, selon un distributeur de jeux, interrogé par Le Monde à l’automne.

Cette hausse des tarifs se poursuit depuis, "certains clients doivent parfois payer leur conteneur 100 fois plus cher qu’une année plus tôt", écrit le journal de la Marine Marchande.

Nous en étions donc la en janvier, quand le Covid, toujours lui, a refait apparition en Chine. Depuis fin mars, Shanghai est confiné, et son port, de loin le premier du monde, totalement congestionné. Les images satellites en attestent, et montrent que l’embouteillage sur les mers est mondial, un container sur 5 est en ce moment pris dans un embouteillage selon les calculs de Windward, une société de conseil en stratégie maritime.

La stratégie zéro Covid de la Chine joue sa part dans l’inflation qui redémarre, et pas plus que la guerre en Ukraine personne ne sait quand elle peut prendre fin.

Ces goulets d’étranglement mettront des mois à se résorber, mais au moins le port de Shanghai ne craint pas lui la pénurie de personnel : il est comme l’explique ce responsable (dans un ancien reportage), au 4/ 5e automatisé.

Mais dans le reste du monde, les pénuries de main d’œuvre sont légions et tirent aussi les prix vers le haut.

Inflation des prix, inflation des salaires, qui alimente l’inflation des prix, la boucle pernicieuse des années 70 n’est pas en vue, assure la Banque Centrale Européenne, elle-même vient de refuser d'augmenter ses salariés, sa présidente dit ne pas croire au retour de la stagflation, mais faut-il se réjouir que les salaires n’augmentent pas ?

3 min

Fin de mois difficile, peur de l’avenir, baisse de la consommation… la suite logique, et on y est déjà, c’est une croissance en berne. Pas de croissance au premier trimestre en France selon l'Insee, sans doute faiblarde au deuxième trimestre. On sait déjà que les 4% projetés dans le budget 2022 ne seront pas au rendez vous.

Et voici revenir un autre spectre des années 70 : la stagflation. Stagnation économique ET inflation.

Le cauchemar des banquiers centraux. Stagflation, un mot à utiliser avec prudence enjoint la cheffe économiste de l'OCDE. Une raison de plus pour lancer au plus vite la réforme des retraites, affirme Philippe Aghion, dans cet article du Point. Stagflation, un choc négatif sur le pouvoir d’achat prédit Mathieu Plane dans le Parisien.

Cargos ne pouvant pas atteindre les ports et attendant en mer en avril 2022
Cargos ne pouvant pas atteindre les ports et attendant en mer en avril 2022
- Windward

En 1974, Valery Giscard d’Estaing ne prononça pas ce mot dans son adresse aux Français, et il finit ainsi son allocution : "Et puisque vous avez besoin d’explication, je viendrai vous les apporter tous les mois, pour que vous sachiez qui vous conduit et où vous allez." Valéry Giscard d'Estaing, 21 novembre 1974.

1974 signa la fin des Trente glorieuses, le début de LA crise, du chômage de masse et de l’endettement public permanent.

Tic tac tic tac entend-on alors dans le bureau de l'Elysée.

Tic tac tic tac, en 2022, ce n'est plus le calme que cette horloge inspire, mais un compte à rebours, comme pour nous dire le temps qui reste, avant la prochaine crise.

Références

L'équipe

Marie Viennot
Production