Bret Easton Ellis à Paris en mars 1992
Bret Easton Ellis à Paris en mars 1992 ©Getty - Photo by Ulf Andersen/Getty Images
Bret Easton Ellis à Paris en mars 1992 ©Getty - Photo by Ulf Andersen/Getty Images
Bret Easton Ellis à Paris en mars 1992 ©Getty - Photo by Ulf Andersen/Getty Images
Publicité

Nous sommes avec Alexis Brocas, grand lecteur de Bret Easton Ellis, avec qui nous poursuivons notre exploration de son oeuvre.

Avec

Alexis Brocas est écrivain et critique au Nouveau Magazine Littéraire, où il a publié plusieurs articles sur Bret Easton Ellis. Grand lecteur de l'oeuvre de l'écrivain américain, nous abordons avec lui plusieurs de ses romans et certains aspects de son oeuvre : son écriture faussement neutre, ses personnages dénaturés et réduits à leurs désirs, sa proximité avec le monde du cinéma... ainsi que la postérité de l'oeuvre d'Ellis aujourd'hui. 

Le style de l'auteur, de puis son premier roman, Moins que zéro, jusqu'à White, mais aussi son regard sur le monde, ont beaucoup évolué - ce qui s'explique sans doute en partie par l'apparition des nouvelles technologies, qui transforment la société en profondeur. C'est aussi pour épouser les temps d'une Amérique de plus en plus troublée et violente que l'oeuvre d'Ellis est à la fois réaliste et fantastique, moraliste et nihiliste, sérieuse et cynique. 

Publicité

A 15h30 : la chronique de Frédéric Maget, président de la Société des amis de Colette. 

A 15h55 : Jacques Bonnaffé achève la semaine en compagnie de poètes grecs contemporains, publiés par la maison d'édition " Le Miel des Anges". 

MUSIQUE GÉNÉRIQUE : Panama, de The Avener (Capitol) fin : Dwaal, de Holy Stays (Something in Construction)

MUSIQUE CHRONIQUE : Self portrait de Chilly Gonzales (Gentle threat)

L'équipe