Le géographe, Johannes Vermeer, 1669 - Gracq, lui même géographe, était un grand admirateur de Vermeer, qu'il cite régulièrement dans ses ouvrages
Le géographe, Johannes Vermeer, 1669 - Gracq, lui même géographe, était un grand admirateur de Vermeer, qu'il cite régulièrement dans ses ouvrages - Inconnu (Source : Wiki)
Le géographe, Johannes Vermeer, 1669 - Gracq, lui même géographe, était un grand admirateur de Vermeer, qu'il cite régulièrement dans ses ouvrages - Inconnu (Source : Wiki)
Le géographe, Johannes Vermeer, 1669 - Gracq, lui même géographe, était un grand admirateur de Vermeer, qu'il cite régulièrement dans ses ouvrages - Inconnu (Source : Wiki)
Publicité

Julien Gracq était un écrivain du regard, celui qu’il portait, en tant que géographe, sur le monde l’entourant, mais aussi sur la peinture, avec laquelle il se familiarisa sur le tard. Ces paysages, réels ou peints, irriguent l’écriture extrêmement visuelle de ce grand contemplatif.

Avec

Notre premier invité, Jean-Louis Tissier, est professeur émérite de géographie humaine à l’Université Panthéon Sorbonne – Paris I avec une spécialisation en géographie littéraire. Dans un séminaire de 2015 consacré à l’usage de la carte, il a réalisé l’intervention « Pratique et poétique de la carte chez Julien Gracq ». Il a également, tout au long de sa carrière, consacré de multiples articles et interventions à cette thématique, dont la dernière en date, « La géographie comme carte de visite à Julien Gracq », a eu lieu durant les rencontres Gracq à Saint Florent le Vieil de 2013. 

Notre deuxième invité, Bernard Vouilloux, est professeur de littérature à l’Université Sorbonne-Paris IV, spécialisé dans les rapports entre poétique et esthétique. Depuis son doctorat, portant sur « La référence picturale dans l’œuvre de Julien Gracq » (1984), il a réalisé de nombreux travaux centrés sur la problématique du rapport au paysage dans l’œuvre de Gracq dont Julien Gracq. La littérature habitable, paru en 2007 chez Hermann. En 2010, il effectue une intervention portant sur « Gracq, la peinture et l’image » durant le colloque Gracq dans son siècle, dont les actes sont parus en 2013 chez Classiques Garnier. 

Publicité

A 15h30, la chronique d’Alexis Brocas, du Nouveau Magazine Littéraire. 

A 15h55, Jacques Bonnaffé nous lit de la poésie. 

MUSIQUE GÉNÉRIQUE: Panama, de The Avener (Capitol) fin : Dwaal, de Holy Stays (Something in Construction).

MUSIQUE CHRONIQUE: Self portrait de Chilly Gonzales (Gentle threat).