David Cornwell alias John le Carré
David Cornwell alias John le Carré
David Cornwell alias John le Carré ©Getty - Ralph Crane/The LIFE Picture Collection
David Cornwell alias John le Carré ©Getty - Ralph Crane/The LIFE Picture Collection
David Cornwell alias John le Carré ©Getty - Ralph Crane/The LIFE Picture Collection
Publicité
Résumé

Les romans de John le Carré s'inscrivent-ils dans le genre du roman d'espionnage ? La Compagnie des œuvres examine la différence entre romans d'espionnage et romans policiers, et revient sur les particularités des romans de John le Carré.

avec :

Dorothée Huchet (Docteure et professeure agrégée d'anglais à l'université Rennes 2), Georges-Marc Habib (Libraire).

En savoir plus

En 2012, à l'université Rennes 2, Dorothée Huchet a soutenu une thèse d'anglais intitulée : La fiction de John le Carré à l'ère du soupçon : du roman policier au roman d'espionnage. Elle y analyse les spécificités du roman carréen par rapport au roman d'espionnage en général et l'univers dans lequel le lecteur est immergé, le monde du secret.

"The covert world"

L'expression anglaise désigne selon la définition qu'en donne Dorothée Huchet : "le monde secret de l'espionnage". De cette troublante atmosphère des services secrets, des agents doubles voire triples, l'on retient une vie de mensonge comme nous l'avons vu au cours de la première émission, de déni et de soupçon :

Publicité

La manipulation vient de partout. Elle est à l'extérieur mais aussi à l'intérieur de l'intrigue elle-même. Dorothée Huchet

Du monde du secret à celui de la conspiration, il n'y a qu'un pas que le Carré franchit allègrement. On y oppose le point de vue de l'establishment à la perception populaire :

La conspiration est un élément constitutif roman d'espionnage. Dorothée Huchet

58 min

15 h 30 : Georges-Marc Habib de la librairie de l'Atelier dans le 20e arrondissement de Paris nous rejoint pour la chronique.

15 h 55 : l'envolée poétique de Jacques Demarcq se poursuit dans la chronique poétique de Jacques Bonnaffé.

MUSIQUE GÉNÉRIQUE : Panama, de The Avener (Capitol) fin : Dwaal, de Holy Stays (Something in Construction)

MUSIQUE CHRONIQUE : Self portrait de Chilly Gonzales (Gentle threat)

Références

L'équipe

Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Anne-Vanessa Prévost
Collaboration
Didier Pinaud
Collaboration
Laurence Millet
Réalisation
Laurence Jennepin
Collaboration