Illustration d'Alice au Pays des merveilles par W.H. Walker en 1907 ©Getty - Photo by Culture Club/Getty Images
Illustration d'Alice au Pays des merveilles par W.H. Walker en 1907 ©Getty - Photo by Culture Club/Getty Images
Illustration d'Alice au Pays des merveilles par W.H. Walker en 1907 ©Getty - Photo by Culture Club/Getty Images
Publicité
Résumé

Dernière émission de notre semaine consacrée à Lewis Carroll, représentant du nonsense victorien.

avec :

Nathalie Froloff (professeure en classes préparatoires au lycée Louis le Grand), Jean-Jacques Lecercle.

En savoir plus

Jean-Jacques Lecercle est professeur émérite à l'Université de Paris X, philosophe et traducteur. Il a notamment publié un ouvrage intitulé Alice, aux éditions Autrement en 1998. Il travaille à la croisée de la philosophie, de la linguistique et de la littérature, et nous éclaire sur les caractéristiques du nonsense victorien en nous parlant plus particulièrement de Sylvie et Bruno et de La Chasse au Snark

Avec notre invité, nous verrons comment l'ambiguïté caractérise l'oeuvre de Lewis Carroll, à travers l'idée d'une "langue qui parle", c'est-à-dire d'un langage qui en dit toujours plus que ce qu'il n'y parait, au-delà de la parole des personnages, un discours qui parle de lui-même. En cela, le nonsense de l'ère victorienne est bien un genre métalittéraire. 

Publicité

Le jeu avec le langage passe chez Carroll par son intérêt personnel pour la discipline de la logique. Nous verrons également, avec La Chasse au Snark, que l'auteur se place dans une filiation littéraire qui remonte à l'épopée homérique et à la poésie de Milton, offrant une oeuvre aux multiples interprétations pour son lecteur, à son tour invité à jouer avec les mots. 

Pour aller plus loin : Pages arrachées à Lewis Carroll (Fictions / Le feuilleton)

A 15h30 : la chronique littéraire de Nathalie Froloff, professeure en classes préparatoires au Lycée Louis le Grand à Paris. 

A 15h55 : Jacques Bonnaffé  achève ses lectures des sonnets du Canzoniere de Pétrarque (traduit par René de Ceccatty pour Gallimard). 

MUSIQUE GÉNÉRIQUE : Panama, de The Avener (Capitol) fin : Dwaal, de Holy Stays (Something in Construction)

MUSIQUE CHRONIQUE : Self portrait de Chilly Gonzales (Gentle threat)

Références

L'équipe

Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Anne-Vanessa Prévost
Collaboration
Didier Pinaud
Collaboration
Laurence Millet
Réalisation
Laurence Jennepin
Collaboration