Emma Watson (Hermione) et Daniel Radcliffe (Harry) dans "Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban" d'Alfonso Cuaron (2004)
Emma Watson (Hermione) et Daniel Radcliffe (Harry) dans "Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban" d'Alfonso Cuaron (2004)
Emma Watson (Hermione) et Daniel Radcliffe (Harry) dans "Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban" d'Alfonso Cuaron (2004) ©AFP - Warner Bros. / 1492 Pictures / Collection Christophel
Emma Watson (Hermione) et Daniel Radcliffe (Harry) dans "Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban" d'Alfonso Cuaron (2004) ©AFP - Warner Bros. / 1492 Pictures / Collection Christophel
Emma Watson (Hermione) et Daniel Radcliffe (Harry) dans "Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban" d'Alfonso Cuaron (2004) ©AFP - Warner Bros. / 1492 Pictures / Collection Christophel
Publicité
Résumé

Dans la série de J. K. Rowling, des visions du monde antagonistes s'affrontent : le Bien contre le Mal, Dumbledore contre Voldemort. Que dit la concurrence entre ces deux systèmes de valeur ? La philosophie de Harry Potter est-elle aussi manichéenne ? A Poudlard, qu'apprend-t-on de la philosophie ?

avec :

Michel Crépu (Ecrivain, essayiste, rédacteur en chef de la NRF.), Marianne Chaillan (Professeure de philosophie en lycée à Marseille et écrivaine d’essais de « pop philosophie »).

En savoir plus

Marianne Chaillan est professeur de philosophie au lycée St-Joseph à Marseille, ainsi qu'à l'université de Provence. Elle est l'auteure d'un livre, Harry Potter à l'école de la philosophie, paru chez Ellipses en 2013. Elle s'est intéressée à la philosophie de la série télévisée "Game of Thrones", ou plus récemment, à la philosophie des dessins animés Disney dans Ils vécurent philosophes et firent beaucoup d'heureux (Des équateurs, 2017).

A 15h30, l'écrivain et essayiste Michel Crépu présente le dernier numéro de la Nouvelle Revue Française.

Publicité

A 15h55, un moment de poésie avec Jacques Bonnaffé.

MUSIQUE GÉNÉRIQUE: Ouverture : Panama de The Avener (Capitol) Fin : Dwaal, de Holy Stays (Something in Construction)

MUSIQUE CHRONIQUE: Self portrait de Chilly Gonzales (Gentle threat).

Références

L'équipe

Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Laurence Millet
Réalisation