Milan Kundera photographié en 1982 à Paris, en France
Milan Kundera photographié en 1982 à Paris, en France ©Getty - Francois LOCHON/Gamma-Rapho
Milan Kundera photographié en 1982 à Paris, en France ©Getty - Francois LOCHON/Gamma-Rapho
Milan Kundera photographié en 1982 à Paris, en France ©Getty - Francois LOCHON/Gamma-Rapho
Publicité

Les romans de Milan Kundera sont marqués par les grandes étapes de sa vie. Le critique François Ricard éclaire l'oeuvre de Kundera à la lumière de l'année 1975 quand l'écrivain tchèque s'exile en France et devient un auteur français..

Avec

En compagnie de François Ricard, préfacier des œuvres de Kundera parues aux éditions Gallimard, au sein de la collection de la Pléiade en 2011, nous commençons par retracer l'histoire de Milan Kundera. 

Profondeur, densité et légèreté

En 1953, en actuelle République Tchèque, Milan Kundera publie son premier ouvrage, L'homme, ce vaste jardin. Il ne s'agit pas d'un roman — genre dans lequel l'auteur est désormais reconnu — mais d'un recueil poétique. En 1986, paraît, L'art du roman, un essai dans lequel Kundera partage sa conception de la littérature, de la même manière qu'il évoque des musiciens, lui qui est le fils d'un pianiste, ainsi que d'autres écrivains, ses pairs et à travers eux, sa conception de la haute figure du romancier dans l'essai intitulé : Les testaments trahis, paru en 1993. 

Publicité

Mais cette chronologie est marquée par une profonde rupture survenue après le Printemps de Prague en 1968. Il publie son premier roman en France, la même année, La Plaisanterie. Car l'auteur a été contraint à l'exil, son écriture rdevient alors son territoire familier. Désormais, elle oscille sans cesse entre gravité et légèreté comme nous le montre la conclusion qu'il tire de l'analyse de Madame Bovary par Montherlant :

(...) il s'agit d'une découverte pour ainsi dire ontologique : la découverte de la structure du moment présent; la découverte de la coexistence perpétuelle du banal et du dramatique sur laquelle nos vies sont fondées. Milan Kundera, Les testaments trahis, Paris, Gallimard, collection Folio n° 2703, 1993, p.159.

15 h 30 : Philippe Roger nous présente la chronique littéraire. 

15 h 55 : Jacques Bonnaffé débute une nouvelle semaine avec la lecture des poèmes de Yvon le Men.

MUSIQUE GÉNÉRIQUE : Panama, de The Avener (Capitol) fin : Dwaal, de Holy Stays (Something in Construction).

MUSIQUE CHRONIQUE : Self portrait de Chilly Gonzales (Gentle threat)