La page 76 du roman graphique de Martin Rowson, adaptation de "Vie et opinions de Tristram Shandy", ed. SelfMadeHero, dont le copyright est la propriété du Laurence Sterne Trust, Shandy Hall.  - Martin Rowson (1996), Licence Creative Commons (restrictions), source : Wiki.
La page 76 du roman graphique de Martin Rowson, adaptation de "Vie et opinions de Tristram Shandy", ed. SelfMadeHero, dont le copyright est la propriété du Laurence Sterne Trust, Shandy Hall. - Martin Rowson (1996), Licence Creative Commons (restrictions), source : Wiki.
La page 76 du roman graphique de Martin Rowson, adaptation de "Vie et opinions de Tristram Shandy", ed. SelfMadeHero, dont le copyright est la propriété du Laurence Sterne Trust, Shandy Hall. - Martin Rowson (1996), Licence Creative Commons (restrictions), source : Wiki.
Publicité
Résumé

Les romans de Laurence Sterne sont subversifs par excellence, tant par leur style que par leur ton ou leur propos. Guy Jouvet nous raconte cette modernité de l'écrivain et vicaire anglais qui a vécu au XVIIIe siècle, et nous fait découvrir un pan plus intime de son œuvre, avec le "Journal à Elisa".

avec :

Guy Jouvet (Traducteur des oeuvres de Laurence Sterne), Pierre Krause (Responsable éditorial de Babelio).

En savoir plus

 Guy Jouvet a traduit les trois romans de Sterne, soit l'intégralité de son œuvre si l'on inclut pas les articles de journaux, aux éditions Tristram, et a réalisé les appareils critiques qui accompagnent les textes dans ces éditions. Une nouvelle traduction du Voyage sentimental à travers la France et l'Italie vient de paraître, toujours chez Tristram. Ses traductions sont appréciées et reconnues tout particulièrement pour leur fidélité à l'esprit facétieux des œuvres originales, dont il nous parle dans l'émission. Voyage certes sentimental, mais aussi érudit et critique, dans l’œuvre de Laurence Sterne. 

A 15h30, c'est la chronique de Pierre Krause, responsable éditorial du site Babelio.

Publicité

A 15h55, l'émission se termine par une lecture de poésie proposée par Jacques Bonnaffé. 

MUSIQUE GÉNÉRIQUE: Ouverture : Panama de The Avener (Capitol) Fin : Dwaal, de Holy Stays (Something in Construction)

MUSIQUE CHRONIQUE: Self portrait de Chilly Gonzales (Gentle threat).

Références

L'équipe

Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Laurence Millet
Réalisation