Scène de la pièce "Sur les animaux" écrite par Elfriede Jelinek et mise en scène par Nicolas Stemann au théâtre de Berlin en 2007
Scène de la pièce "Sur les animaux" écrite par Elfriede Jelinek et mise en scène par Nicolas Stemann au théâtre de Berlin en 2007
Scène de la pièce "Sur les animaux" écrite par Elfriede Jelinek et mise en scène par Nicolas Stemann au théâtre de Berlin en 2007 ©Getty - Lieberenz/Ullstein bild
Scène de la pièce "Sur les animaux" écrite par Elfriede Jelinek et mise en scène par Nicolas Stemann au théâtre de Berlin en 2007 ©Getty - Lieberenz/Ullstein bild
Scène de la pièce "Sur les animaux" écrite par Elfriede Jelinek et mise en scène par Nicolas Stemann au théâtre de Berlin en 2007 ©Getty - Lieberenz/Ullstein bild
Publicité
Résumé

Florence Bancaud analyse le théâtre de la romancière Elfriede Jelinek. Extravagance, absurdité, engagement politique, critique contre la politique autrichienne etc. caractérisent la scène Jelinekienne.

avec :

Florence Bancaud (professeur des Universités à l’université d’Aix-Marseille, spécialiste de littérature et histoire des idées germaniques.), Jérôme Dupuis (Journaliste).

En savoir plus

Nous avions reçu Florence Bancaud pour la biographie qu'elle avait écrite de Franz Kafka, nous la recevons aujourd'hui pour un ouvrage qu'elle consacre à Elfriede Jelinek. 

Le masque de Jelinek

Si le théâtre de Jelinek est devenu plus surréaliste, absurde et révolutionnaire dans le fond et la forme, son propos est de mettre en exergue les contradictions du réel, le masque trompeur des fausses apparences, des mythes fallacieux et des stéréotypes mortifères, afin d’activer la conscience critique du spectateur ou du lecteur. Florence Bancaud, Elfriede Jelinek, Paris, Belin, 2010, p.141

Publicité

Elfriede Jelinek écrit des pièces de théâtre depuis la fin des années 70. La scène allemande s'est notamment attachée à jouer ses pièces complexes. En effet, la dramaturge déconstruit le langage dans chacune de ses œuvres. 

À 15 h 30 : En compagnie de Jérôme Dupuis du magazine L'Express.

À 15 h 55 : En compagnie de Jacques Bonnaffé pour quelques minutes de poésie aux airs de bord de mer.

MUSIQUE GÉNÉRIQUE : Panama, de The Avener (Capitol) fin : Dwaal, de Holy Stays (Something in Construction)

MUSIQUE CHRONIQUE : Self portrait de Chilly Gonzales (Gentle threat)

Références

L'équipe

Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Anne-Vanessa Prévost
Collaboration
Didier Pinaud
Collaboration
Laurence Millet
Réalisation
Laurence Jennepin
Collaboration