Portraitistes de génie, de Montaigne à Houellebecq : épisode 2/4 du podcast Romans d'anthologie pour Noël

L'Arlésienne. Portrait de Madame Joseph-Michel Ginoux par Vincent Van Gogh, 1888-89.
L'Arlésienne. Portrait de Madame Joseph-Michel Ginoux par Vincent Van Gogh, 1888-89. ©Getty - Heritage Art
L'Arlésienne. Portrait de Madame Joseph-Michel Ginoux par Vincent Van Gogh, 1888-89. ©Getty - Heritage Art
L'Arlésienne. Portrait de Madame Joseph-Michel Ginoux par Vincent Van Gogh, 1888-89. ©Getty - Heritage Art
Publicité

On en append beaucoup sur quelqu'un quand on en tire le portrait. De Suétone à Montaigne, de Colette à Marcel Jouhandeau en passant par le cardinal de Retz, anthologie de ces écrivains qui se sont servis de leur plume pour estropier - ou plus rarement encenser - leurs contemporains.

Avec

Matthieu Garrigou-Lagrange s'entretient avec Claude Arnaud, romancier et essayiste, à l'occasion de la parution de Portraits crachés : un trésor littéraire de Montaigne à Houellebecq (coll. Bouquins, R. Laffont), une anthologie commentée de portraits littéraires qui recense les traits d'humour, de méchanceté, et l'amour aussi parfois, des écrivains pour leurs modèles, de Suétone à Michel Houellebecq. 

Plus qu'une anthologie, on pourrait presque dire que ce livre fait le portrait du genre portrait lui-même. Claude Arnaud nous montre que dans le portrait se joue bien plus que la description juste et fine des apparences : de la séduction à la psychologie en passant par le jugement moral, il est possible de faire lire bien des choses dans la description de quelqu'un... 

Publicité
À réécouter : L'amitié
Les Chemins de la philosophie
50 min

Et en fin d'émission, la poésie avec Jacques Bonnaffé.

  • Générique d'ouverture : Panama de The Avener (Capitol)
  • Générique de fin : Dwaal, de Holy Stays (Something in Construction)
  • Musique de la chronique : Self portrait de Chilly Gonzales (Gentle threat).

L'équipe