Contestataire devant le statue de Naguib Mahfouz au Caire, 2012 ©Getty - Mosa'ab Elshamy
Contestataire devant le statue de Naguib Mahfouz au Caire, 2012 ©Getty - Mosa'ab Elshamy
Contestataire devant le statue de Naguib Mahfouz au Caire, 2012 ©Getty - Mosa'ab Elshamy
Publicité
Résumé

Sa « Trilogie du Caire », entremêlant parcours d’une famille et fresque socio-historique de l’Egypte de la première moitié du XXè siècle l’a rendu célèbre. Avec ces ouvrages, Naguib Mahfouz a créé une forme nouvelle dans un monde arabe qui reléguait jusque-là la fiction romanesque au second plan.

avec :

Rania Samara, Léda Mansour (Post-doctorante à Paris I - Sorbonne Nouvelle), Aliette Armel (Romancière, essayiste, et critique littéraire).

En savoir plus

Notre première invitée du jour, Léda Mansour, est post-doctorante à l’Université Paris I – Panthéon Sorbonne. Elle a consacré sa thèse de sciences du langage, soutenue en 2010 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, à la Représentation du discours dans La Trilogie du Caire de Naguib Mahfouz. Elle nous parlera de cette trilogie, souvent considérée comme œuvre la plus importante de Mahfouz. 

Notre deuxième invitée, Rania Samara, est chercheuse en littérature et langue arabe associée à l’Institut d’études de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman (IISIMM), laboratoire de l’EHESS. Elle a traduit Son excellence, de Mahfouz, paru en 2006 aux éditions Sindbad. 

Publicité

A 15h30, nous retrouvons, comme chaque jeudi, un grand lecteur ou une grande lectrice pour nous parler de ses lectures. Cette semaine c’est Aliette Armel, romancière, essayiste et critique littéraire qui évoque son rapport à Naguib Mahfouz et nous propose un point sur l’actualité littéraire. 

A 15h55, Jacques Bonnaffé nous offre un moment de poésie. 

MUSIQUE GÉNÉRIQUE: Panama, de The Avener (Capitol) fin : Dwaal, de Holy Stays (Something in Construction).

MUSIQUE CHRONIQUE: Self portrait de Chilly Gonzales (Gentle threat).