Illustration du conte de "L'Elfe de la rose" d'Andersen, réalisée par Harry Clarke (1805-1875)
Illustration du conte de "L'Elfe de la rose" d'Andersen, réalisée par Harry Clarke (1805-1875)
Illustration du conte de "L'Elfe de la rose" d'Andersen, réalisée par Harry Clarke (1805-1875) ©Getty - DeAgostini
Illustration du conte de "L'Elfe de la rose" d'Andersen, réalisée par Harry Clarke (1805-1875) ©Getty - DeAgostini
Illustration du conte de "L'Elfe de la rose" d'Andersen, réalisée par Harry Clarke (1805-1875) ©Getty - DeAgostini
Publicité
Résumé

Les contes sont polyphoniques et de toutes les voix qui s'entremêlent, c'est aussi celle du conteur que l'on discerne, la liberté d'interprétation qu'il communique à son auditoire.

avec :

Nathalie Froloff (professeure en classes préparatoires au lycée Louis le Grand), Cyrille François (Maître d'enseignement et de recherche Université de Lausanne, Ecole de français langue étrangère (EFLE)).

En savoir plus

Cyrille François, Maître d'enseignement et de recherche à l'Ecole de français langue étrangère de Lausanne en Suisse a écouté Les Voix des contes et nous invite à tendre encore l'oreille pour cette dernière émission consacrée aux contes.

Les yeux et les oreilles

Le conte pose sur notre ordinaire un regard nouveau, le langage poétique le raconte autrement. L'écouter, c'est entendre la voix du conteur porter le conte. Mais tandis que chez Perrault et Andersen, le narrateur est très présent car il s'introduit parfois dans l'histoire, chez les frères Grimm, sa présence est plus effacée.  

Publicité

En outre, les contes de Perrault, des frères Grimm et ceux d'Andersen se ressemblent :

Mais aucun conte ne se retrouve chez les trois auteurs. Cyrille François

15 h 30 : la chronique littéraire est présentée par Nathalie Froloff qui nous parle des adaptations des contes par Garri Bardine.

15 h 55 : Jacques Bonnaffé achève la semaine consacrée aux poèmes de Hans Limon.

MUSIQUE GÉNÉRIQUE : Panama, de The Avener (Capitol) fin : Dwaal, de Holy Stays (Something in Construction)

MUSIQUE CHRONIQUE : Self portrait de Chilly Gonzales (Gentle threat)