La Commune de Paris, incendie de la nuit du 24 mai 1871
La Commune de Paris, incendie de la nuit du 24 mai 1871
La Commune de Paris, incendie de la nuit du 24 mai 1871 ©Getty - DEA / G. DAGLI ORTI/De Agostini
La Commune de Paris, incendie de la nuit du 24 mai 1871 ©Getty - DEA / G. DAGLI ORTI/De Agostini
La Commune de Paris, incendie de la nuit du 24 mai 1871 ©Getty - DEA / G. DAGLI ORTI/De Agostini
Publicité
Résumé

Rimbaud ne fut ni militant ni théoricien politique. Et pourtant, on trouve dans sa poésie une puissante critique sociale, ainsi que l’écho des événements sanglants de la Commune. Frédéric Thomas nous dévoile ainsi un « Rimbaud politique ».

avec :

Frédéric Thomas (CETRI) (docteur en sciences politiques, chargé d’étude au CETRI – Centre tricontinental basé à Louvain-la-Neuve en Belgique (centre de recherche sur les rapports Nord-Sud)), Pierre Glaudes (Professeur de littérature générale à l'Université Paris IV-Sorbonne).

En savoir plus

Avec Frédéric Thomas, chercheur au Cetri et membre du comité de rédaction de Dissidences, auteur de Rimbaud Révolution (L’Echappée, 2019)

Rimbaud commence à écrire dans un contexte politique très troublé, dans lequel ses poèmes sont situés. Il y a à la fois une critique des institutions bourgeoises et religieuses comme l’Eglise, l’Etat, mais aussi des institutions plus organiques comme le travail, la raison, la nation, la science et même l’art. – Frédéric Thomas

Publicité

La création poétique comporte un refus des images produite par la société bourgeoise : Rimbaud cherche de nouveaux enchantements, mais sans tourner le dos à la « réalité rugueuse ». 

On ne sait pas dans quelle mesure Rimbaud a effectivement participé à la Commune. Néanmoins, dans son écriture, et notamment dans la Lettre du voyant, il trace un destin analogue au poète et au travailleur.

Transformer le monde, a dit Marx. Changer la vie, a dit Rimbaud. Ces deux mots d’ordre pour nous n’en font qu’un. – André Breton 

Ainsi, la question politique irrigue l’œuvre rimbaldienne, mais elle est inséparable d’un tout organique, d’une réflexion d’ensemble sur ce que c’est que d’être un poète dans la cité à la fin du XIXème siècle en Europe. 

C’est une poésie qui engage tous les êtres, y compris dans leur cœur. […] L’un des enjeux principaux de ce « changer la vie », c’est une vie au quotidien, et donc d’abord et aussi dans les rapports entre les êtres, dans l’amitié, dans l’amour, dans la sensualité des corps. – Frédéric Thomas

Et en milieu d'émission, retrouvez la chronique de Pierre Glaudes, professeur de littérature française à l'université Paris-Sorbonne, qui en appelle à la déconstruction du fameux "mythe Rimbaud".  

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (début) : Panama, de The Avener (Capitol)

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (fin) : Nuit noire, de Chloé (Lumière noire)

Références

L'équipe

Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Anne-Vanessa Prévost
Collaboration
Didier Pinaud
Collaboration
Laurence Millet
Réalisation
Laurence Jennepin
Collaboration