Ma destinee. Representation d'une vague en pleine tempete de mer.
Ma destinee. Representation d'une vague en pleine tempete de mer.
Ma destinee. Representation d'une vague en pleine tempete de mer. ©AFP - Victor Hugo (1857)
Ma destinee. Representation d'une vague en pleine tempete de mer. ©AFP - Victor Hugo (1857)
Ma destinee. Representation d'une vague en pleine tempete de mer. ©AFP - Victor Hugo (1857)
Publicité
Résumé

Emblème de la poésie romantique et, pour certains, des défauts de celle-ci, la poésie de Hugo est, comme lui, politique. Poète au "front éclairé", c'est l'idée d'harmonie qui préside à sa réécriture de l'Histoire comme "Légende des siècles" et à la libération du style et du vers qu'il enclencha.

avec :

Claude Millet (Professeur à l'Université Paris Diderot), Frédéric Maget (Professeur de lettres modernes, président de la Société des amis de Colette).

En savoir plus

Claude Millet est professeur de littérature et spécialiste du XIXe siècle français. Elle dirige le groupe de recherches sur Victor Hugo à l'université Paris-Diderot, ou encore la série "Victor Hugo" aux éditions Classiques Garnier. Elle est l'auteur de plusieurs essais et commentaires sur l’œuvre de Victor Hugo, et en particulier sa poésie, ainsi que plusieurs éditions savantes. Elle a notamment publié Victor Hugo et la Légende des siècles aux PUF en 1995.

Pour Hugo, il s'agissait d'en finir avec une conception aristocratique de la langue poétique, qui se trouvait dans les mots nobles, pour en faire une langue coextensive de la langue du siècle. En cela, c'est une poésie révolutionnaire.

Publicité

La poésie de Hugo est une poésie sensible, non seulement du sentiment, mais aussi de la sensation.

C'est quelqu'un qui a travaillé sa figure publique en l'associant à des images de la vie privée. La gloire de Hugo tient à la très forte dimension affective de son personnage.  

(Claude Millet)

A 15h30, c'est Frédéric Maget, professeur de lettres modernes et président de l'association des Amis de Colette, qui nous parle de ses lectures. Il rend hommage à Marceline Desbordes-Valmore, poétesse, et au travail de Christine Planté.

A 15h55, Jacques Bonnaffé lit de la poésie de François Gibault.

MUSIQUE GÉNÉRIQUE: Ouverture : Panama de The Avener (Capitol) Fin : Dwaal, de Holy Stays (Something in Construction)

MUSIQUE CHRONIQUE: Self portrait de Chilly Gonzales (Gentle threat).

Rediffusion de l'émission du 21/09/2017

Références

L'équipe

Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Anne-Vanessa Prévost
Collaboration
Didier Pinaud
Collaboration
Laurence Millet
Réalisation
Laurence Jennepin
Collaboration