Façade du Castel Béranger, 14 rue Jean-de-La-Fontaine, Paris, XVIe ©Getty - DeAgostini
Façade du Castel Béranger, 14 rue Jean-de-La-Fontaine, Paris, XVIe ©Getty - DeAgostini
Façade du Castel Béranger, 14 rue Jean-de-La-Fontaine, Paris, XVIe ©Getty - DeAgostini
Publicité
Résumé

La compagnie des œuvres s’intéresse aujourd’hui à l’architecte Hector Guimard dont l’œuvre, trop souvent réduite aux fameuses entrées du métro parisien, occupe une place essentielle dans l’Art nouveau français.

avec :

Georges Vigne.

En savoir plus

Redécouverte dans les années 1960 après que le monde de l’art se fut désintéressé d’elle pendant près de quarante ans, l’œuvre architecturale d’Hector Guimard a depuis fait l’objet d’expositions prestigieuses. Le MoMA de New York accueillit ainsi en 1970 un ensemble exceptionnel de plus de deux mille dessins tiré de ses archives. L’année suivante, le titre de pionnier du XXe siècle lui fut accordé en même temps qu’à Victor Horta par le musée des Arts décoratifs de Paris, qui les exposa côte à côte. Parmi les créations de prestige de Guimard, l’immeuble du Castel Béranger à Paris ou la maison Coilliot de Lille.

Mathieu Garrigou-Lagrange s’intéresse aujourd’hui à l’héritage de cet « architecte d’art » avec Georges Vigne, conservateur en chef du patrimoine et auteur d’Hector Guimard. Le geste magnifique de l’Art nouveau (éditions du patrimoine, 2016).

Publicité

L'exposition consacrée par le MoMa de New York à Guimard en 1970 a assuré sa postérité, mais aussi celle de l'Art nouveau. Elle a été augmentée l'année suivante des oeuvres d'Horta et Henry Van de Velde à l'occasion d'une exposition au musée des Arts décoratifs de Paris. La société parisienne redécouvre alors ce qu'est l'Art nouveau. (Georges Vigne)

Guimard n'a jamais adhéré à l'esthétique académique. Il n'était pas fait pour devenir ce qu'on pourrait appeler un architecte éclectique. Il n'a pas été prix de Rome, a échoué aux concours d'architecture : le concours de l'hôtel de ville de Calais, de la Caisse d'épargne du Mans. Il se fera sa clientèle en nouant des amitiés, et deviendra par la suite l'architecte d'Auteuil et de Passy. (Georges Vigne)

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (début) : Panama, de The Avener (Capitol)

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (fin) : Nuit noire, de Chloé (Lumière noire)

Références

L'équipe

Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Anne-Vanessa Prévost
Collaboration
Didier Pinaud
Collaboration
Laurence Millet
Réalisation
Laurence Jennepin
Collaboration