Deux admirateurs font cadeau d'un lionceau à Joseph Kessel, dans un restaurant à Nice ©AFP
Deux admirateurs font cadeau d'un lionceau à Joseph Kessel, dans un restaurant à Nice ©AFP
Deux admirateurs font cadeau d'un lionceau à Joseph Kessel, dans un restaurant à Nice ©AFP
Publicité
Résumé

Plébiscité par des générations de lecteurs, petits et grands, Joseph Kessel est passé maître dans l'art de nous enchanter. Un succès qui a trop souvent occulté les aspects plus sombres d'une oeuvre traversée par le deuil et la culpabilité.

avec :

Olivier Weber (écrivain, grand reporter, auteur notamment de « Au royaume de la lumière », ed. Plon / collection Terre humaine, a écrit plusieurs romans et récits de voyage sur l’Afghanistan dont « La confession de Massoud », ed. Flammarion.), Frédéric Maget (Professeur de lettres modernes, président de la Société des amis de Colette).

En savoir plus

En compagnie d'Olivier Weber, écrivain et grand reporter, auteur notamment de Kessel, le nomade éternel (Arthaud/ J'ai lu, 2010) et du Dictionnaire amoureux de Joseph Kessel (Plon, 2019), nous évoquerons la vie de l'écrivain, traversée par des culpabilités et des déchirures. 

Culpabilité : quand Kessel s'engage dans une liaison amoureuse avec la femme d'un soldat au front, durant la première Guerre Mondiale. Déchirures : avec la mort de son petit frère Lazare dont le suicide en 1920 le marque à vie, ou celle de sa femme Sandi (une princesse roumaine), victime d'une tuberculose en 1928. Ces blessures, affectives, morales, viendront enrichir l'oeuvre immense de Kessel, en particulier son oeuvre la plus ambitieuse, Le tour du malheur (1950). 

Publicité

C'est un roman qu'on peut lire encore aujourd'hui, parce qu'il y a tout dedans. Il y a le parricide, il y a le régicide, enfin il y a tout. C'est la tragédie grecque, d'Eschyle, de Sophocle et d'autres, dans toute sa splendeur. (Olivier Weber)

Foisonnant, testamentaire, mais aussi rescapé car le manuscrit fut enterré par Kessel dans un jardin alors qu'il fuyait la Côte d'Azur, ce cycle romanesque, le plus autobiographique de Kessel, dévoile un homme plus complexe que ce qu'en a retenu la légende. Une personnalité tantôt euphorique, tantôt désabusée, un agnostique en religion, un exalté en littérature, qui toute sa vie aura recherché, selon ses mots, "le Graal par l'écriture".

En guise d'entracte, les auditeurs entendront la chronique de Frédéric Maget, président de la société des amis de Colette qui nous parlera de deux documents d'archives exceptionnels, une lettre et une photographie de Colette.

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (début) : Panama, de The Avener (Capitol)

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (fin) : Nuit noire, de Chloé (Lumière noire)

Références

L'équipe

Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Anne-Vanessa Prévost
Collaboration
Didier Pinaud
Collaboration
Laurence Millet
Réalisation
Laurence Jennepin
Collaboration