Cartier-Bresson à l'Elysée en 1981
Cartier-Bresson à l'Elysée en 1981
Cartier-Bresson à l'Elysée en 1981 ©Getty - Francois LOCHON/Gamma-Rapho
Cartier-Bresson à l'Elysée en 1981 ©Getty - Francois LOCHON/Gamma-Rapho
Cartier-Bresson à l'Elysée en 1981 ©Getty - Francois LOCHON/Gamma-Rapho
Publicité
Résumé

Pour Henri Cartier-Bresson, photographier était une « façon de vivre ». Jean-Pierre Montier nous fait découvrir « l’art sans art » du photographe français.

avec :

Jean-Pierre Montier (professeur de Littérature et Art à l’Université Rennes 2), Etienne de Montety (écrivain et directeur du Figaro littéraire).

En savoir plus

Jean-Pierre Montier, professeur à l’Université Rennes 2, et auteur notamment de L’Art sans art d’Henri Cartier-Bresson (Flammarion, 2007), évoque avec nous la carrière et l'œuvre d'Henri Cartier-Bresson.  

Henri Cartier-Bresson était un homme de métaphores, certes, mais profondément incarné.

Publicité

Dans la photographie, il y a une part mentale, "cosa mentale", et puis une joie physique : c’est la liberté. – Henri Cartier-Bresson

Rejetant rigoureusement son héritage chrétien, il était néanmoins en quête d’une spiritualité. Elle se manifestait dans son rapport au monde à travers l’art photographique, par lequel il cherchait la grâce de l’instant, une coexistence avec l’événement du monde :

Un art dont la maîtrise consiste à se mettre au diapason de la présence du monde, et c’est en cela que c’est de la poésie. – Jean-Pierre Montier

Et pourtant, Cartier-Bresson était sans cesse dans l’effacement par rapport à son œuvre, il demeurait « toujours un pas en avant ou à côté d’elle ». C’est le paradoxe du photographe qui ne se disait pas vraiment photographe, considérant cet art comme mineur.

La photographie, ça montre du néant, et quelques héros retournent cela comme un gant. – Jean-Pierre Montier

En fin d'émission, retrouvez la chronique d’Etienne de Montety, écrivain et directeur du Figaro littéraire 

Pour aller plus loin : L’exposition « Henri Cartier-Bresson. Chine 1948-1949, 1958 » s'est déroulée à la Fondation Henri Cartier-Bresson depuis le 15 octobre 2019 jusqu’au 2 février 2020. Plus d’informations sur le site internet de la Fondation Henri Cartier-Bresson.

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (début) : Panama, de The Avener (Capitol)

MUSIQUE GÉNÉRIQUE (fin) : Nuit noire, de Chloé (Lumière noire)

Références

L'équipe

Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Anne-Vanessa Prévost
Collaboration
Didier Pinaud
Collaboration
Laurence Millet
Réalisation
Laurence Jennepin
Collaboration